Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon -> Chronique auteur étranger - «Best-Seller» ->

Un paire d’yeux pour découvrir l’amour
qui se construit chaque matin (p. 83)
.

Voilà ce qu’évoque dans la trame narrative de ses poèmes, celle qui n’a pas de temps pour la mort, qui a reculé la montre pour voir l’innocence de l’autre, observer sa stupeur face au vent.

Pour Lucero Alanis de Gurrola, la mémoire est ce monstre terrible qui dévore tout sur son passage, surgissant des profondeurs de la nuit, semant l’imprécision d’une phrase, autant que le dilemme et l’amour, que nous ne savons reconnaître le temps venu.

Je suis d’ici et l’ici est mien
parce que sans racines je meurs
parce que je te respire
dans l’âme( p.11)

Cette peur, se retrouver seule, ne connaître que l’absence dans l’immensément grand, dans le vaste, marque la métaphore des poèmes.

Pourtant ancrée à cette terre qui a oublié l’eau et ces racines qui se questionnent, la soif qui transperce et la nostalgie de la glaise humide.

Dans un rêve de liberté, les pieds de l’auteure sont des oiseaux libres de voler où et quand ils veulent.

Pour se séparer de l’obscurité qui palpite, alors que personne ne perçoit notre présence dans ce monde, dans l’intimité, parce que les adorateurs de l’oubli nous ignorent, comme nous ignorons.

Quelqu’un m’a dit que mon monde ne m’appartient pas
que dans ses révolutions il me glisse des mains (p.7)

L’AUTEURE : LUCERO ALANIS DE GURROLA

Née à Durango (Durango), elle vit à Guadalajara (Jalisco), depuis 1973. Fondatrice et directrice de la revue de littérature Amoxcalli, elle a participé à diverses rencontres internationales tant d’écrivains que d’éditeurs.

Elle a publié Opus Siglo XX (1998), Tarde en el tiempo (1999), Desierto de azul nativo (2002), Gualbet en el sueño de otros / Gualbet dans le rêve des autres (2003) et Flama de la memoria (2006).

Le rêveur doit regarder le ciel pour voir le ciel
le clin d’œil des forêts
le susurrement de l’étoile non filante
l’éclat quotidien de ce qui émerge

mais au centre du monde un ciel palpite (p. 107

LES SILENCES DU JOUR
LOS SILENCIOS DEL DIA
Lucero Alanis de Gurrola
Traduit de l’espagnol par Sophie Martin
LES ÉDITIONS ÉCRITS DES FORGES
MANTIS EDITORES
2007 – 114 pages – 12,00$ – 15,00€

Retrouvez des poètes fabuleux sur les sites de ces éditeurs :

LES ÉDITIONS ÉCRITS DES FORGES

MENTIS EDITORES