Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon -> Actualités littéraires ->

Passion Maisons défonce lucarnes, toits et cheminées!

Il n’y a pas que dans le Grand Morial que l’on parle abondamment de Passion Maisons pour saluer la splendeur de cet ouvrage écrit par André Morin et illustré magnifiquement par le photographe Christian Lamontagne.

Pas moins d’une dizaine de journaux, de Hull à Blanc-Sablon, ont fait leurs belles pages avec ces authentiques maisons du Québec restaurées de façon littéralement amoureuse par leurs propriétaires.

Dans Le reflet, le journal le plus important de la Mauricie, on salue Passion Maisons… « un travail colossal pour faire du rêve une aussi belle réalité ».

Dans Le courrier du Sud de la Mauricie, on célèbre le courage et la persévérance de Michel Martel qui, depuis trente ans, restaure des maisons anciennes parce que, dit-il, « ces maisons ont vu naître, elles ont vu mourir, ce sont des maisons qui parlent, qui ne méritent pas de finir en bois de chauffage ».

Dans L’œil régional de Beloeil, on insiste sur la beauté du livre : « Les superbes photographies et, sous la plume vibrante d’André Morin, on ne peut plus s’arrêter de lire. Il faut se procurer Passion Maisons. »

Mêmes louanges dans le Mauricie Express et dans L’oie blanche de Montmagny : Passion Maisons est un livre appelé à une grande diffusion.

La Presse de Montréal n’est pas en reste. Dans son édition spéciale « Noël 2007 », elle suggère Passion Maisons à ses lecteurs : « Ces belles maisons québécoises font rêver… superbes photos de Christian Lamontage. »

********

VLB PLOIE SOUS LES LOUANGES MAIS NE ROMPT PAS!

Le 7 décembre dernier, le magazine culturel Spirales remettait à Victor-Lévy Beaulieu le prix « Spirale-Eva-Le-Grand pour son monumental essai sur James Joyce(voir chronique ci-bas) à l’occasion d’une grande fête à la Maison des écrivains.

********

LÉANDRE BERGERON, LE MANGEUR DE PLACENTA, LE BOULANGER QUI DONNE SON PAIN, LE REBELLE ABITIBIEN À TOUT LE MONDE EN PARLE!

Tout juste arrivée dans les librairies, l’autobiodictée Léandre Bergeron, né en exil (prise dans le vif du sujet par Sylvain Rivière) connaît déjà le succès.

L’Abitibi dévore l’ouvrage de Bergeron comme les pains-fesses chauds qu’il donne à sa clientèle plutôt que de les vendre!

Comme l’écrivait Denis Prince dans La Frontière du 14 novembre dernier, « la vie de Léandre Bergeron ne laisse personne indifférent »… et surtout pas l’équipe de Tout le monde en parle du 2 décembre prochain qui l’a accueilli, fière de saluer « la biographie d’un contestataire libre ».

**********

DU CHIEN EN MASSE!

Le Neigenoire et les sept chiens de Victor-Lévy Beaulieu continue de faire parler la critique.

Dans Le Soleil du 25 novembre dernier, Marie Fradette écrit : « Entrez dans le monde de Victor-Lévy Beaulieu, c’est accepter la découverte d’un monde plus grand que nature et aussi plus bleu que le bleu du ciel. Blanche-Neige, le célèbre conte des frères Grimm, se voit transfiguré par le langage bouillonnant d’images de Beaulieu. Pour ajouter à cette effusion de mots colorés, on trouve une présentation tout aussi explosive. Les couleurs vives, le mouvement de l’image et le dynamisme de l’illustratrice Mylène Henry épousent efficacement la créativité débordante de Beaulieu. Un conte très réussi. »

*******

JEAN-FRANÇOIS CRÉPEAU :30 ANS DE CRITIQUE QUÉBÉCOISE!

Les Éditions Trois-Pistoles tiennent à signaler les 30 ans de carrière de Jean-François Crépeau comme critique de littérature québécoise notamment au Canada français de Saint-Jean-sur-le-Richelieu et au magazine Lettres québécoises.

Professeur émérite au cegep de Saint-Jean, la passion de Crépeau pour la littérature québécoise est exemplaire.

À l’occasion d’une fête en son honneur, Crépeau disait :
« Notre littérature est menacée par le peu d’attention que lui accorde notre système d’éducation. À l’ère de la mondialisation, j’estime essentiel le protectionnisme pour éviter que cette forme d’art ne disparaisse. »

Complice depuis les débuts des éditions Trois-Pistoles, Jean-François Crépeau mérite, et deux fois plutôt qu’une, l’hommage qu’on vient de lui rendre.

James Joyce, L’Irlande, le Québec, les Mots édition de luxe

James Joyce, L’Irlande, le Québec, les Mots

Léandre Bergeron – Né en exil

Neigenoire et les sept chiens