Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon -> Ados du primaire 11-12 ->

1613.

Charles de La Tour et Marie Jacquelin, deux enfants livrés à eux-mêmes courent et s’aiment dans les rues du Mans, insoucieux de ce qui les attend.

Ce qui les attend, c’est pour l’un comme pour l’autre, un destin inimaginable.

Charles s’embarquera pour l’Acadie, dans « les Canadas », appelé par un père noble qu’il ne connaissait pas.

Marie partira sur les routes de France dans les bagages d’une troupe de théâtre.

Dès lors le récit se déroule dans deux mondes parallèles : celui, enchanté et féroce, d’une colonie du bout du monde, longtemps négligée par la France (celle d’Henri IV, puis de Louis XIII et Richelieu) où il faut affronter l’hiver et les Anglais, et se battre aussi entre Français pour le pouvoir et le commerce des peaux… et l’autre, celui des rues et des théâtres de Paris, où les rivalités ne sont pas moins vives.

Charles deviendra lieutenant général du roi en Acadie et entamera une longue lutte pour la survie et la prospérité de la colonie, et contre son ennemi Charles d’Aulnay.

Marie fera carrière au théâtre; elle sera l’interprète des premières pièces de Corneille.

Ces deux mondes parallèles se croisent le jour où Charles, se souvenant de la petite Marie du Mans, la fait venir au Canada pour l’épouser.

Mais c’est de l’Acadie surtout que Marie va s’éprendre, de ses étés sauvages, de ses oiseaux miraculeux, de ses Indiens amicaux.

Elle y connaîtra l’amour (pour un autre homme), la guerre et la mort, dans une sorte de transfiguration.

En quelques mots :

Un beau roman qui nous entraîne des rues boueuses de Paris aux neiges sanglantes et éblouies de l’Amérique, et qui donne à vivre le rêve acadien.

L’AUTEURE :

MONIQUE DEMAGNY est l’auteure de plusieurs romans dont « L’Odeur sucrée des Magnolias » (Siloë, 2001) et « Fontevraud, une femme et la fin d’un monde » (Siloë, 2002) qui a reçu le prix Ouest en 2003.

MARIE L’ACADIENNE
Monique Demagny
LES ÉDITIONS JC LATTÈS
2004 – 412 pages – 29,95$ – 19 euros

LES ÉDITIONS JC LATTÈS