Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon -> Actualités littéraires ->

Nathalie Stephens reçoit

le prix Alain-Grandbois 2008 pour

… s’arrête ? Je

La semaine dernière, à l’auditorium de la Grande Bibliothèque, Nathalie Stephens recevait le prix Alain-Granbois pour son récit poétique … s’arrête ? Je publié à l’Hexagone à l’automne 2007. Ce prix est décerné à un auteur pour un recueil de poésie jugé de très grande qualité par un jury formé de trois membres de l’Académie des lettres du Québec.

***

Avec … s’arrête? Je, Nathalie Stephens signe son quatorzième titre et poursuit la réflexion amorcée dans Je Nathanaël. Dans son dialogue avec Nathanaël, cet autre en elle, l’auteure déplore un futur improbable où tout est incertitude et questionnement. Elle cherche à dire l’indicible, jusqu’au plus intime, mais se heurte toujours à une impossibilité :

L’AUTEURE :

NATHALIE STEPHENS (Nathanaël) écrit l’entre-genre en anglais et en français. Elle est l’auteure de plusieurs ouvrages inclassables, dont notamment The Sorrow and The Fast Of It (Nightboat, 2007), Touch to Affliction (Coach House, 2006) et L’injure (l’Hexagone, 2004) et a été finaliste du prix Alain-Grandbois et du prix Trillium.

Je Nathanaël (l’Hexagone, 2003) a été publié en « auto-traduction » par BookThug en 2006.

Des ouvrages de Nathalie Stephens sont également publiés en basque et en slovène; Je Nathanaël et L’injure existent en traduction bulgare (Paradox Publishing, 2007).

Chez Nota Bene, est paru un essai de correspondance intitulé L’absence au lieu (Claude Cahun et le livre inouvert).

… S’ARRÊTE ? JE
Nathalie Stephens
LES ÉDITIONS L’HEXAGONE
Collection : Écritures
2007 – 80 pages – 14,95$

…s’arrête ? Je

LES ÉDITIONS L’HEXAGONE