Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon -> Actualités littéraires ->

Il n’est pas facile de rencontrer des agresseurs et des victimes de violence de toutes sortes dans le cadre de son travail professionnel. Voici le mots que Lise Lalonde a accepté de partager avec nous !

Mes recherches m’ont été commandées par mes peurs et ma soif de vivre libre et en amour avec moi-même et avec les autres.

L’écriture du livre est venue beaucoup plus tard, à vrai dire je n’y pensais même pas.

Ce sont les victimes et les agresseurs que j’ai rencontrés qui ont cru que ce serait bénéfique pour bien d’autres personnes.

Les membres de mon entourage m’ont donné des moyens et le courage de faire face à la critique puisque j’ai été souvent critiquée et mise de côté par des professionnels.

Je me suis donc ramenée aux raisons premières de l’écriture, c’est-à-dire participer à ma façon à dissoudre (et non pas combattre puisque c’est une attitude agresssive) le pouvoir destructif et faire renaître le pouvoir constructif qui est déjà en nous.

Mon livre est une ressource d’éducation, de sensibilisation et de prévention à la violence : savoir et comprendre les mécanismes de la violence pour l’éviter ou réagir avant qu’il ne soit trop tard.

La violence est malheureusement relié à la violence physique, la fin du cycle.

Il y a tellement d’autres manières de violenter quelqu’un et de se faire violenter !!!

Nous avons pris la mauvaise habitude de réagir lorsque nos limites sont atteintes ou que le mal est fait : l’un des problèmes sociaux.

Aussi, que les problèmes que rencontrent les victimes et les agresseurs ne sont pas limités aux comportements, il ya d’autres facteurs qui influencent les attitudes : la santé mentale mais aussi la santé physique reliées aux répercussions de la violence.

C’est l’ensemble du problème que nous devons regardé et non pas se limiter à une sphère de la question si nous voulons le dissiper.

J’espère de tout coeur que cette manière différente et innovatrice de percevoir la violence ainsi que ses principaux acteurs, les victimes et les agresseurs, permettront de ré-humaniser l’Homme.

La compassion naît de nos propres douleurs et l’acceptation de nos propres habitudes nocives pour comprendre que l’autre et les autres cheminent sur des terrains différents mais qui conduisent vers le même but : l’amour et la liberté.

MA CHRONIQUE :

Agresseur ou victime ?