Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon -> Auteurs québécois - Adultes/Ados ->

La vie dans un centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHLSD) constitue un précédent dans l’histoire humaine.

Résidants et employés apprennent à cohabiter dans le milieu de vie des uns et le milieu de travail des autres.

Une infirmière, MARGUERITE MÉRETTE, raconte ce que certains d’entre eux ont exprimé de même que les différences de perception selon qu’on appartient au monde des soignants ou à celui des résidants.

Ces deux mondes sont mis en relation par un bien collectif qui appartient à la société tout entière : nos institutions.

Des exemples démontrent que la relation de soins, telle qu’elle se traduit présentement, ne va pas toujours de pair avec les valeurs que notre société protège par ses lois, ses chartres, ses Déclarations officielles.

Comment en sommes-nous arrivés là ?

Les notions de qualité et de satisfaction sont abordées, en réponse à cette questions.

Avons-nous carte blanche ?

Qui répond de quoi et à qui, face à la mission de l’institution ?

Des pistes d’analyse sont proposées, pour arriver ensuite à des pistes de solution afin d’éviter les erreurs du passé et construire ensemble notre avenir.

MARGUERITE MÉRETTE est infirmière depuis 1969. Depuis 1988, elle est à l’emploi de la Résidence Ste-Dorothée à titre de chef d’équipe.

Elle est respectée par tout le milieu hospitalier québécois et français.

Elle considère qu’être au service de la liberté de quelqu’un, c’est être au service soit de son autodétermination, soit du libre-arbitre des personnes qui la connaissent le plus et la représentent dans la défense de ses droits et dans la reconnaissance de ses besoins.

Elle considère que si les CHSLD, même les mieux nantis, ne reconnaissent pas les besoins individuels, ils obéissent à la tendance naturellement uniformisante de toute institution.

Ils risquent de se transformer en une étable ultramoderne où vous seriez conservé dans une atmosphère contrôlée, avec régime idéal et même animation de groupe, mais où vous n’auriez droit à aucune reconnaissance de l’individu que vous êtes et cette étable de luxe deviendrait la règle, voire un idéal .

POUR LA LIBERTÉ D’ÊTRE
RÉFLEXIONS D’UNE INFIRMIÈRE EN CHSLD
Marguerite Mérette
LES ÉDITIONS LOGIQUES
2004 – 272 pages – 22,95$