Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon -> Actualités littéraires ->

PRIX DES LIBRAIRES DU QUÉBEC 2004

LA HÉRONNIÈRE de LISE TREMBLAY

TOUT CE QUE J’AIMAIS de SIRI HUSTVEDT
Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Christine Le Boeuf

C’est avec une très grande fierté que nous voyons cette année deux de nos romancières récompensées par les libraires du Québec.

De l’écrivain au lecteur, le lien est souvent long à établir. Les libraires et les éditeurs ont en commun de travailler à construire ce lien à coup d’efforts, d’imagination et d’amour de la littérature.

C’est pourquoi nous saluons tout particulièrement l’initiative prise par l’Association des libraires du Québec qui, depuis plus de dix ans en attribuant son prix littéraire, reconnaît le travail fait tout en amont de la chaîne du livre par les écrivains.

Gagner le cœur des libraires, ces passeurs de rêves, de sensibilités, c’est gagner celui des lecteurs, grâce à cette relation bien tangible, très humaine, qui existe entre les deux.

Loin de n’être que symbolique, le Prix des libraires du Québec permet à ses lauréats de bénéficier d’un traitement très enviable grâce au travail attentionné de l’Association de libraires.

Les livres primés voient s’allonger leur vie dans les librairies, dans lesquelles ils auront une place de choix et une visibilité certaine grâce au matériel promotionnel fourni par l’Association.

C’est un grand privilège pour les auteurs choisis que de se voir accorder un peu plus de temps et d’attention à une époque où l’abondance de livres réduit les chances de chacun de recevoir les égards mérités.

Le choix des gagnantes de cette année nous réjouit, bien sûr, d’autant plus qu’il salue, chez les romancières retenues, un travail de fond que nous privilégions tout particulièrement chez Leméac.

Lise Tremblay et Siri Hustvedt en sont toutes deux à leur quatrième ou cinquième ouvrage, qui leur ont chacun attiré très tôt une attention médiatique grandissante et un lectorat de plus en plus important, grâce à un travail de longue haleine et une volonté d’écriture bien marquée.

Par son évocation très juste d’un milieu rural clos et étouffant dans LA HÉRONNIÈRE, Lise Tremblay poursuit l’élaboration de son univers littéraire, solidement ancré dans l’américanité et empreint d’une lucidité bouleversante.

Dans TOUT CE QUE J’AIMAIS, Siri Hustvedt donne vie au New York universitaire et artistique de la fin du vingtième siècle, avec cette même clairvoyance et cette même compréhension intuitive de l’humain qu’elle a pu déployer dans ses précédents romans.

En leur offrant leur prix littéraire, les libraires du Québec leur donnent leur appui et leur encouragement à la réalisation d’une œuvre qui se solidifie de livre en livre.

Source :
Sophie Cardinal-Corriveau
Les éditions Leméac/Actes Sud

Le 18 et le 19, je vais vous présenter les titres gagnants; ainsi que trois autres titres mis en nomination les jours subséquents.

Pour connaître toutes les informations et autres mises en nomination :
ASSOCIATION DES LIBRAIRES DU QUÉBEC