Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon -> Actualités littéraires ->

Le Prix Nobel de littérature 2006 a été attribué jeudi 12 octobre au romancier turc Orhan Pamuk «qui, à la recherche de l’âme mélancolique de sa ville natale, a trouvé de nouvelles images spirituelles pour le combat et l’entrelacement des cultures ».

Orhan Pamuk, est né à Istambul en 1952, il a fait des études d’architecture et de journalisme avant de se consacrer à la littérature.

Il est l’auteur notamment du Livre noir (1995), qui fut un grand succès international.

Mon nom est rouge (2001) lui a valu le prix du Meilleur Livre Étranger en France, en plus de nombreuses distinctions reçues dans d’autres pays, comme le Independant Foreign Fiction Award ou le prix Impac.

Neige, a été récompensé par le prix Médicis Étranger en 2005.

L’œuvre du romancier, traduite en de nombreuses langues, a paru en français dans la collection « Du Monde entier ».

Orhan Pamuk intervient régulièrement dans la presse internationale sur des questions touchant la Turquie.

Le Château blanc (Poche)
de Orhan Pamuk, Munewer Andac (Traduction)

Le narrateur est un Italien de vingt ans, féru d’astronomie et de mathématiques.

Capturé par des marins turcs et jeté dans la prison d’Istanbul, il se dit médecin, et est offert comme esclave à un hodja, un savant.

Le maître oriental et l’esclave occidental se ressemblent de manière effrayante, éprouvent une méfiance immédiate l’un pour l’autre.

Mais ils ne se séparent pas, vivent ensemble, travaillent ensemble, quotidiennement, d’abord sur la pyrotechnie, ensuite sur une horloge, enfin sur une redoutable machine de guerre pour Mehmet IV, dit le Chasseur, sultan de 1648 à 1687.

Ensemble encore, ils contribuent à l’éradication d’une épidémie de peste.

Tantôt dominant, tantôt dominé, des années durant, chacun raconte sa vie à l’autre.

Puis les deux doubles doivent s’engager, avec leur machine de guerre, dans la désastreuse campagne polonaise.

Mise à l’essai sur un château blanc, la machine ne fonctionne pas. Craignant pour sa vie, le Maître usurpe l’identité, la personnalité et le passé du narrateur.

Celui-ci reste à Istanbul, devient le Maître.

Des années plus tard, il entend parler de l’Autre, comme d’un ancien esclave capturé par des marins turcs, et qui s’est évadé… –Ce texte fait référence à l’édition Broché .

Le Château blanc
Collection : Folio
Éditeur : GALLIMARD

Source :

PRIX LITTÉRAIRES