Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon -> Actualités littéraires ->

« Depuis la nuit des temps, la peau a servi de support artistique.

Rituels de contact avec les esprits créateurs ou les puissances animales, peintures et marques corporelles, spirituellement palpables, besoin de protection, force, courage.

Dessiner sur la peau est un langage en soi.

Aujourd’hui, tatouages, cutting, scratch and burn.

Dessiner de la peau, toucher la poésie, de la sorte, voilà l’exercice accepté par les dix-huit auteurs ici réunis, à l’heure actuelle de la dématérialisation, explorant, cette fois, une tendance à la rematérialisation, dans l’art, à la réintégration corporelle: peau.

“L’industrie cosmétique représente la peau comme quelque chose qui n’a que deux dimensions, comme une surface pour le maquillage. Quelle est la troisième dimension qui se tient sous cette surface lisse?” (Hubert Guillaud).

Celle du langage, forcément.

“Ce qu’il y a de plus profond dans l’homme, c’est sa peau”, écrivait Valéry.

Le présent numéro de la revue Moebius aspire donc à sonder cette profondeur, de manière plurielle, en toutes variations, afin de créer, ainsi, un ensemble hétéroclite en douceurs et rudesses: de la peau, en quelque sorte.

À une époque où le bio-art fait peu à peu son apparition, nous nous proposons d’explorer cette interface biologique du point de vue de la littérature, de la fiction, de l’image, en suggérant différents thèmes, styles, genres; différentes peaux: peau comme limite, frontière, peau et toucher, peau et inscription physique, peau comme couverture, enveloppe, membrane, masque, etc.

Ici, votre lecture, votre sens du toucher, conçus comme une peau. »

(extrait du texte de présentation d’Étienne Lalonde)

Avec des textes de:

Daphnée Azoulay, Yvan Bienvenue, Céline Bonnier, Nicole Brossard, Henri Cachau, Hugues Corriveau, Marie Darrieussecq, Carole David, Roger Des Roches, Jean-Marc Desgent, Ananda Devi, Julie Fauteux, Alain Fisette, Isabelle Gaudet-Labine, Martin Grange, Élise Turcotte, Diane VINCENT et Marc Vaillancourt.

Dans la rubrique « Lettre à un écrivain vivant», Jacques Julien s’adresse à Paul Auster.

CRITIQUE DE DOMINIQUE BLONDEAU
lundi 10 août 2009
Être bien ou mal dans sa peau *** 1/2

MOEBIUS
121 LA PEAU
Un numéro préparé par Étienne Lalonde
Collectif
2009 – 133 pages – 10,00$

Tarifs d’abonnement

4 numéros/année (taxes incluses)

Au Canada,individuel:
•1 an: 30$
•2 ans: 55$

Au Canada, institutionnel:
•1 an: 55$
•2 ans: 100$

À l’étranger, individuel:
•1 an: 50$
•2 ans: 95$

À l’étranger, institutionnel:
•1 an: 90$
•2 ans: 170$

La collection complète (numéros disponibles):

Au Canada, individuel: 200$
………..institutionnel: 250$
À l’étranger, individuel: 225$
…………..institutionnel: 275$

La série des numéros disponibles
ET un abonnement annuel:

Au Canada, individuel: 225$
………..institutionnel: 300$
À l’étranger, individuel: 265$
…………..institutionnel: 360$

Pour vous abonner ou recevoir un numéro, cliquez sur le site :

LES ÉDITIONS TRIPTYQUE

Accueil -> culture -> Louise Turgeon -> Actualités littéraires ->

« Depuis la nuit des temps, la peau a servi de support artistique.

Rituels de contact avec les esprits créateurs ou les puissances animales, peintures et marques corporelles, spirituellement palpables, besoin de protection, force, courage.

Dessiner sur la peau est un langage en soi.

Aujourd’hui, tatouages, cutting, scratch and burn.

Dessiner de la peau, toucher la poésie, de la sorte, voilà l’exercice accepté par les dix-huit auteurs ici réunis, à l’heure actuelle de la dématérialisation, explorant, cette fois, une tendance à la rematérialisation, dans l’art, à la réintégration corporelle: peau.

“L’industrie cosmétique représente la peau comme quelque chose qui n’a que deux dimensions, comme une surface pour le maquillage. Quelle est la troisième dimension qui se tient sous cette surface lisse?” (Hubert Guillaud).

Celle du langage, forcément.

“Ce qu’il y a de plus profond dans l’homme, c’est sa peau”, écrivait Valéry.

Le présent numéro de la revue Moebius aspire donc à sonder cette profondeur, de manière plurielle, en toutes variations, afin de créer, ainsi, un ensemble hétéroclite en douceurs et rudesses: de la peau, en quelque sorte.

À une époque où le bio-art fait peu à peu son apparition, nous nous proposons d’explorer cette interface biologique du point de vue de la littérature, de la fiction, de l’image, en suggérant différents thèmes, styles, genres; différentes peaux: peau comme limite, frontière, peau et toucher, peau et inscription physique, peau comme couverture, enveloppe, membrane, masque, etc.

Ici, votre lecture, votre sens du toucher, conçus comme une peau. »

(extrait du texte de présentation d’Étienne Lalonde)

Avec des textes de:

Daphnée Azoulay, Yvan Bienvenue, Céline Bonnier, Nicole Brossard, Henri Cachau, Hugues Corriveau, Marie Darrieussecq, Carole David, Roger Des Roches, Jean-Marc Desgent, Ananda Devi, Julie Fauteux, Alain Fisette, Isabelle Gaudet-Labine, Martin Grange, Élise Turcotte, Diane VINCENT et Marc Vaillancourt.

Dans la rubrique « Lettre à un écrivain vivant», Jacques Julien s’adresse à Paul Auster.

CRITIQUE DE DOMINIQUE BLONDEAU
lundi 10 août 2009
Être bien ou mal dans sa peau *** 1/2

MOEBIUS
121 LA PEAU
Un numéro préparé par Étienne Lalonde
Collectif
2009 – 133 pages – 10,00$

Tarifs d’abonnement

4 numéros/année (taxes incluses)

Au Canada,individuel:
•1 an: 30$
•2 ans: 55$

Au Canada, institutionnel:
•1 an: 55$
•2 ans: 100$

À l’étranger, individuel:
•1 an: 50$
•2 ans: 95$

À l’étranger, institutionnel:
•1 an: 90$
•2 ans: 170$

La collection complète (numéros disponibles):

Au Canada, individuel: 200$
………..institutionnel: 250$
À l’étranger, individuel: 225$
…………..institutionnel: 275$

La série des numéros disponibles
ET un abonnement annuel:

Au Canada, individuel: 225$
………..institutionnel: 300$
À l’étranger, individuel: 265$
…………..institutionnel: 360$

Pour vous abonner ou recevoir un numéro, cliquez sur le site :

LES ÉDITIONS TRIPTYQUE