Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon -> Auteurs québécois - Adultes/Ados ->


SALTIMBANQUES

L’ARGENTINE, LE NOUVEL ELDORADO ?

Le dernier roman de Sergio Kokis nous fait reculer dans le temps.

L’action se passe en 1946.

C’est la fin de la guerre en Europe.

Le Circus Alberti, ramassis de saltimbanques venus de partout en Europe, a échoué à Gênes où il vivote lamentablement.

Là, on attend le messie qui tarde à venir.

Il se présente enfin sous la forme d’un géant nommé Arcadi.

Ce dernier se dit Russe, même s’il est incontestablement Allemand.

Qu’importe puisqu’il apporte la bonne nouvelle : dans peu de temps, la troupe mettra le cap sur l’Amérique en direction de l’Argentine.

C’est le soulagement.

Est-ce la terre promise ?

Tous voudraient y croire sauf que, d’entrée de jeu, tout ne tourne pas rond.

Qui sont ces Allemands qui seront du voyage ?

Mauvais présage ?

On se tait cependant.

Le bonheur n’est-il pas à la portée de la main ?

SALTIMBANQUES, c’est le voyage de la désillusion alors même que devant soi brille l’Eldorado.

Et on en vient à la conclusion que le bonheur n’est réservé qu’à ceux qui ont les moyens de se le payer.

SALTIMBANQUES, une monumentale fresque qui a pour toile de fond une troupe de cirque dans sa poursuite essoufflée du bonheur.

Une pathétique dérive sur les côtes de l’Amérique du Sud.

SERGIO KOKIS a gagné quatre grands prix littéraires en 1994 avec son premier roman « Le pavillon des miroirs ».
Ont suivi « Negao et Doralice » en 1995, « Errances » en 1996, « L’art du maquillage », en 1997, roman qui a remporté le Grand Prix des lectrices de Elle Québec en 1998, « Un sourire blindé », en 1998 et « Le maître de jeu » en 1999.

SALTIMBANQUES
Sergio Kokis,
XYZ ÉDITEUR,
Collection « Romanichels »
384 pages – 24,95 $