Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon -> Auteurs québécois - Adultes/Ados ->

En 1914, Paul Javelier, un Franc-Comtois établi au Canada, s’enrôle dans l’armée canadienne.

Sa fille Louison et son ami de coeur James, un Sino-Canadien, s’engagent à leur tour dans la guerre.

Madeleine, l’épouse de Paul, habite Hull, au Québec et élève les deux jeunes enfants. Elle attend des nouvelles du front.

Le livre commence par une lettre que Louison retrouve dans un tiroir, une lettre qu’elle n’a jamais envoyée à son amie d’enfance restée en Franche-Comté…

Ce roman aborde plusieurs thèmes de la condition humaine : le pouvoir des uns sur la destinée des autres, la naissance d’un amour, la longue séparation, la méchanceté stupide par manque de formation, d’éducation, l’empathie.

La lecture de Tu n’aurais pas dû partir peut être précédée ou suivie de celle de L’homme qui regardait vers l’Ouest, qui raconte le départ de Paul et Louison au Canada et leurs premières années en terre canadienne en compagnie de Madeleine.

L’AUTEUR :

JEAN-LOUIS GROSMAIRE est attentif aux gens et aux paysages. Il recherche les climats, les atmosphères qui enveloppent les personnages.

Suggérer la lumière intime de chaque être, son rythme propre, sa musique personnelle, est une quête permanente pour cet écrivain passionné.

Qu’il témoigne du sort de nos frères et soeurs d’ici ou de pays lointains ou de celui des animaux qui fréquentent la rivière des Outaouais, au bord de laquelle il réside, l’auteur tente de peindre les instants de douceur, de retenir les parcelles de bonheur, de capter le fugitif et le fabuleux de la vie.

TU N’AURAIS PAS DÛ PARTIR
Jean-Louis Grosmaire
LES ÉDITIONS DU VERMILLON
collection Roman
Couverture à rabats
2007 – 368 pages – 24,00$

Une petite visite sur leur site internet vous permettra de découvrir d’autres titres de cet auteur :

LES ÉDITIONS DU VERMILLON

TITRES DE L’AUTEUR PRÉSENTÉS CHEZ PLANÈTE QUÉBEC :

Palmiers dans la neige
Paris-New York
Paris – Saint-Louis du Sénégal
L’Homme qui regardait vers l’Ouest
Tu n’aurais pas dû partir