Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon -> Auteurs québécois - Adultes/Ados ->

Avec ce quatrième volet d’une suite de cinq courts romans à propos des familles Horibe et Takahashi, Aki Shimazaki poursuit son œuvre singulière.

Reconnue comme une romancière puissante, dont les histoires, finement ciselées, sont menées avec une économie narrative implacable, elle voit déjà ses œuvres traduites en anglais, en japonais, en serbe et en allemand.

Le monde qu’elle met en place explore la psyché japonaise contemporaine dans ses tabous et ses mensonges, au cœur desquels ses personnages se débattent pour retrouver la liberté de vivre et la dignité de leur destin.

L’héritier d’une noble famille de la cour impériale, Kenji Takahashi, apprend quelques années après son mariage qu’il est stérile.

Accablé et dépressif, il quitte la maison familiale et travaille comme pharmacologue à Tokyo.

Une seule personne de son enfance compte encore pour lui, sa nurse Sono, partie en Mandchourie.

Lorsqu’il fait la connaissance de Mariko, qui vit seule avec son fils Yukio, il en tombe éperdument amoureux.

En l’épousant contre le consentement de ses parents, il coupe les ponts avec sa famille qu’il déshonore en épousant une femme «aux origines douteuses ».

Il déménage alors sa famille à Nagasaki, dans le quartier d’Uragami, dans une maison adjacente à celle de son ami et confrère de travail de monsieur Horribe.

Dépêché en Mandchourie au cours de la Deuxième Guerre mondiale, il en reviendra quarante-six ans pus tard, retraité et affaibli par les travaux forcés de son séjour en Russie.

Au moment où il retrouve la tombe de sa nurse Sono, sur laquelle est gravé le nom de la fleur de myosotis (Wasurenagusa), il découvre alors le secret de ses origines et le terrible malheur qui a frappé ses parents.

L’audience internationale de ses premiers romans montre déjà que Aki Shimazaki appartient à la famille des écrivains du monde.

Son écriture est imprégnée d’une compassion véritable pour la condition humaine et ses secrets tragiques.

L’AUTEURE : Née au Japon et vivant à Montréal depuis plus de dix ans, AKI SHIMAZAKI a imposé son style dès son premier roman, Tsubaki, publié en 1999. Son second roman, Hamaguri, finaliste au Prix des Cinq Continents, a gagné le Prix Ringuet de l’Académie des lettres du Québec. Tsubame, son troisième roman, a paru à l’automne 2001.

WASURENAGUSA
Aki Shimazaki
LES ÉDITIONS LEMÉAC/ACTES SUD
128 pages / 17,95$