Art et culture
Accueil -> culture -> Tous les chroniqueurs du passé -> Chronique auteur étranger - Littérature, essai et document ->

Elles sont belles, sexy, intelligentes, courageuses et drôles, mais aussi sensibles, voyageuses, brillantes et ambitieuses…

Elles gagnent de l’argent. Parfois beaucoup. Parfois juste ce qu’il faut pour sortir boire des Margaritas entre copines et renouveler leur garde-robe chez H&M.

Elles voudraient être parfaites comme les mannequins d’Aubade, les top-models des couvertures de Elle ou Uma Thurman dans Kill Bill.

Elles ont trente ans ou presque – ou un peu plus. Elles déferlent en bande pour voir Bridget Jones au cinéma, se reconnaître en elle et rêver de Hugh Grant en amant corromppu.

Elles sont coincées entre deux générations. Celle de leurs mères, qui ont âprement conquis leurs libertés (sexuelle, financière, familiale) et leur renvoient aujourd’hui un signal contradictoire : surtout sois indépendante, ma fille, mais quant te maries-tu ? quand fais-tu des bébés ? Et celle de leurs petites soeurs romantiques à souhait et revendicatrices de rien.

Mais ce qui les définit malheureusement (pour elles ! ) le mieux, c’est qu’elles vivent seules. Impossible de garder un homme.

Sont-elles trop exigeantes ? Après quoi courent-elles ? Savent-elles seulement ce qu’elles désirent vraiment ?

Pendant deux ans, OLIVIA ELKAÏM a mené l’enquête et rencontré, observé, écouté ces femmes d’un nouveau genre, à la fois amazones et princesses.

Elle a interviewé leurs psychiatres, sexologues et sociologues et tous ont confirmé le phénomène en l’analysant : aujourd’hui, de plus en plus de jeunes femmes au sommet de leur séduction ne trouvent pas d’hommes «à la hauteur ».

Écartelées entre leur romantisme et leur farouche volonté d’indépendance, ces reines du paradoxe font peur aux garçons et en souffrent.

En racontant puis en décryptant les aventures d’Olive, Miss Saucisse, Barbara la barbare, cocotte Karine et Aurélia, Olivia Elkaïm nous fait rire, nous émeut et surtout nous permet de mieux comprendre ces filles qui ressemblent forcément à nos copines, à nos filles ou à nos amantes.

Traité sous la forme originale du Docu-fiction, ce titre est enrichi par la contribution de grands psychiatres et sexologues, tels que François Lelord et Sylvain Mimoun.

L’AUTEURE :

OLIVIA ELKAÏM appartient à la génération qu’elle décrit puisqu’elle a presque trente ans. Elle est journaliste au magazine Capital où elle est spécialisée dans les portraits d’artistes.

AMAZONES OU PRINCESSES
Olivia Elkaïm
Préface de Vincent Delerm
LES ÉDITIONS RAMSAY
Document
2006 – 230 pages – 24,95$ – 15 euros