Art et culture
Accueil -> culture -> Tous les chroniqueurs du passé -> Chronique auteurs québécois - Essais, biographie, documents ->

Les mythes sont persistants au Québec, surtout lorsqu’il s’agit de masquer les défaillances de la pensée nationaliste.

Les interprétations des indépendantistes font trop souvent foi de vérité sur cet épisode, les besoins de leur cause ayant dicté depuis quarante ans ce dont il est permis de se souvenir.

En effet, de grands pans de la Crise ont malheureusement été oblitérés de la mémoire colledctive, faisant en sorte que les assassins et les partisans de la violence ont été transformés en victimes, et les défenseurs de l’état de droit et de la démocratie métamorphosés en bourreaux.

Octobre 1970 fait ainsi contrepoids au révisionnisme dominant, notamment en contestant la théorie selon laquelle le gouvernement n’était pas justifié de mettre en oeuvre la Loi sur les mesures de guerre.

Il montre aussi que Robert Bourassa était un chef perspicace et réfléchi, et que l’opposition des intellectuels québécois à la position du gouvernement équivalait à un appui tacite au FLQ et au terrorisme.

L’AUTEUR : WILLIAM TETLEY

Riche de son expérience et d’une compilation exhaustive de ce qui s’est écrit et dit sur le sujet, William Tetley, professeur de droit international à l’Université McGill et ministre dans le cabinet Bourassa pendant la Crise, réussit à déboulonner les mythes les plus répandus à propos de la Crise.

OCTOBRE 1970
DANS LES COULISSES DE LA CRISE
William Tetley
LES ÉDITIONS HÉRITAGE
Essai canadien
2010 – 416 pages – 39,95$