Art et culture
Accueil -> culture -> Tous les chroniqueurs du passé -> Chronique auteur étranger - Littérature, essai et document ->

Le Da Vinci Code est un best-seller mondial qui écrase la rentrée littéraire française alors qu’il est sorti au printemps dernier.

Dans ce roman, Dan Brown cite de nombreuses références symboliques, religieuses, artistiques qui sonnent vrai.

Qu’en est-il exactement ?

Le succès du livre tient non seulement aux qualités narratives de ce polar théologique, mais surtout au message qu’il transmet ; l’Église catholique a caché une vérité explosive sur les origines du christianisme ; la relation charnelle de Jésus et Marie Madeleine et la place centrale de cette dernière dans la communauté chrétienne primitive.

Léonard de Vinci a-t-il codé ses tableaux pour révéler aux initiés cette vérité cachée ?

Le prieuré de Sion, société secrète à laquelle il aurait appartenu ainsi qu’Isaac Newton et Victor Hugo, existe-t-il vraiment ?

Les Évangiles apocryphes parlaient-ils de noces de Jésus et de Marie madeleine ?

L’empereur Constantin a-t-il réunit le concile de Nicée, en 325, pour tenter de cacher cette union ?

Les manuscrits de la mer Morte ont-ils apporté des révélations sur Jésus et l’Église primitive ?

Avec rigueur et précision, mais aussi avec humour et pédagogie, les auteurs ont mené l’enquête dans l’enquête attendue par les millions de lecteurs du Da Vinci Code.

Bien des erreurs ou des inventions de l’auteur, ainsi que ses sources véritables sont mises au jour… mais la réalité dépasse aussi parfois la fiction.

De nombreux lecteurs se posent ces questions et souhaitent obtenir des réponses précises.

À preuve le succès des dix-sept livres publiés aux États-Unis.

Malheureusement, ces ouvrages apportent de la confusion au débat plus qu’ils ne l’éclaircissent.

Ils oscillent entre défense du catholicisme et délire ésotérique (comme celui de Simon Cox).

La véritable réponse à Dan Brown ne peut-être apportée que par une solide enquête historique doublée d’une investigation sur les lieux – presque tous français – où se déroule le roman.

LES AUTEURS :

MARIE-France ETCHEGOIN, quarante-trois ans, est grand reporter au Nouvel Explorateur. Auteure de Eva ou la Justice est un roman (Robert Laffont), elle est reconnue pour la qualité de ses enquêtes sur les faits divers et les sujets de société marquants.

FRÉDÉRIC LENOIR, quarante-deux ans, est philosophe et sociologue, docteur de l’École des hautes études en sciences sociales. Auteur d’une vingtaine d’ouvrages, il a notamment co-dirigé l’Encyclopédie des religions, Le Livre des sagesses et l’Encyclopédie des savoirs et des croyances sur la mort et l’immortalité. Il dirige la rédaction du Monde des religions.

CODE DA VINCI : L’ENQUÊTE
Marie-France Etchegoin
Frédéric Lenoir
LES ÉDITIONS ROBERT LAFFONT
2004 – 288 pages – 26,95$ – 19 euros

LES ÉDITIONS ROBERT LAFFONT