Art et culture
Accueil -> culture -> Tous les chroniqueurs du passé -> Chronique auteurs québécois - Essais, biographie, documents ->

« Tout est à refaire »

Pourquoi toujours devoir tout recommencer?

Qu’avons-nous réalisé ou accompli depuis deux ou trois générations?

Persuadé que l’évolution est le propre de nos civilisations, aurait-on négligé d’en comprendre le fonctionnement?

Paul Piché signe ici, dans un style direct et vivant, une oeuvre audacieuse et originale.

L’auteur avoue toutefois, que l’observation qu’il fait aujourd’hui soulèvera plus de questions que les réponses qu’il ne pourra apporter.

Archéologue de formation, habitué des sentiers peu fréquentés quitte à les défricher lui-même, il ose nous faire part d’une de ses découvertes: une manifestation concrète et chiffrée de notre inconscient collectif qui se dévoilerait de façon cyclique et récurrente dans le temps.

Nous suivrons comme une intrigue cette réflexion méthodique et rigoureuse.

Les icônes et les événements qui ont marqué notre temps nous serviront alors de repères à la révélation d’une mécanique étonnement précise.

Une invitation à la réflexion, au voyage dans le temps et surtout au futur.

L’AUTEUR :

PAUL PICHÉ est bien connu pour la constance de son engagement et pour avoir marqué plusieurs décennies musicales grâce à des albums majeurs tels L’escalier (1980), Sur le chemin des incendies (1988) ou Le Voyage (1999).

Il se présente, à ce titre, comme l’une des figures les plus à même de réfléchir sur le sujet, en apparence anodin, de la mode et des tendances desquelles se déroule un tapis d’enchaînements et de causalités à portées historique, politique et philosophique qu’on ne soupçonnait pas au départ.

DÉJÀ VU
Paul Piché
LES ÉDITIONS MICHEL BRÛLÉ
Collection Essai
2007 – 288 pages – 19,95$

LES ÉDITIONS MICHEL BRÛLÉ

Titres chez cet éditeur présentés dans cette catégorie :

Le prédateur (Jean Chrétien) et l’imposteur ( Paul Martin)
Le journal du Marquis de Montcalm
Petit précis d’irrévérence
Contes et comptes du prof Lauzon III
Déjà vu