Art et culture
Accueil -> culture -> Tous les chroniqueurs du passé -> Éditeurs du Canada français ->

Skip Moën,
Dure, dure ma vie!
roman
collection «Cavale» (12 ans et plus)
Éditions L’Interligne
Ottawa
2003
136 pages
10,95 $.

Que ce soit à Montréal, à Toronto où comme ici, à Hull, la vie dans un quartier populaire n’est jamais facile. C’est ce que Skip Moën nous rappelle dans Dure, dure ma vie !, un roman dans lequel il donne la parole à Michel,un adolescent de quatorze ans aux prises avec divers problèmes.

Dans un style des plus imagés, qui fait penser au Gary/Ajar de La vie devant soi, Michel nous raconte comment il parvient à survivre dans un milieu souvent hostile où l’on ne fait pas de quartier.

Livré à lui-même parce que sa mère travaille la nuit dans un bar, Michel s’élève seul, c’est-à-dire mal. Il s’adonne au trafic de cassettes pour le compte d’un voisin et après avoir fait la connaissance de Toussaint, un Haïtien chef de bande et grand admirateur de Malcom X, il prend part à des vols dans des maisons de quartiers riches.

Pourtant Michel rêve d’autre chose: sortir de son milieu et fonder une famille qui ne soit pas monoparentale comme la sienne.

C’est pourquoi lorsque à l’école secondaire où il est inscrit en « cheminement particulier », il fait la connaissance d’Annie-Maude, une étudiante qui fréquente l’École internationale, et en devient rapidement amoureux, sa vie prend une autre tournure; encouragé par son enseignante et bénéficiaire de leçons particulières de la mère de son amie, il fait de rapides progrès qui lui permettent d’espérer un avenir meilleur.

Mais quand on vient d’un milieu où règne la misère, on semble marqué au fer rouge; Michel se rend rapidement compte que les gens qui vivent dans les quartiers huppés sont fort semblables à ceux de son propre milieu.

Se laissera-t-il décourager par ce qu’il constate chez les gens de la haute? Sera-t-il condamné comme ses compagnons à retomber constamment dans les mêmes ornières? Ou parviendra-t-il à maintenir l’espoir de mener un jour une vie moins difficile?

Dure, dure ma vie !, un roman pour ados qui parle d’amitié, de clivages sociaux et de racisme, soulève de graves questions…

Dure, dure ma vie ! a été finaliste au Prix littéraire jeunesse Le Droit et au Prix de l’Outaouais, Café des 4 jeudis.
………………………………………………

Sur la photo : Paul-François Sylvestre

Recension de Paul-François Sylvestre
Un jeune de 14 ans raconte son passage de l’école primaire à l’école secondaire, ses difficultés d’apprentissage, son premier amour, sa participation à une bande d’escrocs, son petit commerce de cassettes porno, ses relations avec sa mère et avec son confident, un voisin juif.

En fait, Michel raconte tout cela à sa travailleuse sociale pour qu’elle puisse rédiger un rapport à soumettre au juge.

Selon l’ado, «le juge n’a pas compris que ma vie, elle était dure à réussir. Au lieu de me séparer de ma mère (famille d’accueil), il aurait dû condamner la société, parce que c’était sa faute à elle».


L’auteur Skip Moën, pseudonyme du sociologue Richard Poulin, manie une plume alerte et colorée; il sait bien doser les ingrédients d’action et de réflexion, toujours avec un naturel aussi plaisant que déstabilisant.

Sous l’histoire fort attachante du jeune Michel se dégage une charge directe contre le racisme social. Le lecteur est ainsi invité à réfléchir sur une société trop souvent portée à juger ceux qu’elle appelle pudiquement «les défavorisés».
Paul-François Sylvestre

Les Éditions Interligne
Courriel
Sylvain Rousset
Tél: (613) 748-0850, poste 2
Télec : (613) 748-0852
Courriel de Sylvain Rousset
………………………………………………
Et n’oubliez pas, chers parents, Paroles d’ici, paroles d’ailleurs

Le Service des arts, de la culture et des lettres de la Ville de Gatineau, en collaboration avec le ministère de la Culture et des Communications du Québec, est heureux d’inviter la population à l’événement Paroles d’ici, paroles d’ailleurs, le 5 décembre 2003 à 20 h, à la salle La Basoche du Centre culturel du Vieux-Aylmer.

De tous les temps, aux quatre coins du monde, la poésie a permis d’exprimer les émotions, l’amour et la vie, l’érotisme, l’espoir et l’éveil de la nature…

La langue française fait le tour du monde! Quelle belle initiative de rassembler ces auteurs d’ici et d’ailleurs dans un spectacle qui ne laissera personne indifférent.

L’Association des auteurs et auteures de l’Outaouais se joint aux Samedis littéraires (auteurs haïtiens) et à des auteurs africains dont certains ont acquis une réputation internationale, pour nous servir les plus beaux textes de leur répertoire dans un spectacle sur fond musical.

La population est invitée à découvrir ces écrivains et écrivaines qui vivent en Outaouais, dont le vécu et l’histoire ont pu être différents, mais qui partagent le plaisir des mots et vous l’offre sous la forme d’un bouquet de culture dans lequel les fleurs poétiques éclosent sous les feux de la scène.

Les billets au coût de 10 $ sont disponibles à la billetterie du Centre culturel du Vieux-Aylmer (120, rue Principale, Gatineau, secteur d’Aylmer), du lundi au vendredi de 13 h à 20 h et le samedi de midi à 16 h ou par téléphone au (819) 685-5033, à la salle Jean-Despréz (25, rue Laurier, Gatineau, secteur de Hull) une heure avant le spectacle, au Théâtre de l’Île (1, rue Wellington, Gatineau, secteur de Hull), du lundi au vendredi de midi à 20 h 30 ou encore par téléphone au (819) 595-7455.