Art et culture
Accueil -> culture -> Tous les chroniqueurs du passé -> Chronique auteurs québécois - Essais, biographie, documents ->

À sa disparition à l’automne 2005, Michel van Schendel
laissait une oeuvre considérable comportant encore beaucoup de textes dont il a pris le soin, avant sa mort, d’organiser la publication.

Après la parution l’automne dernier d’un nouveau recueil de poèmes, l’équipe du groupe Ville-Marie Littérature est très heureuse de pouvoir vous présenter aujourd’hui ce volume qui
regroupe les écrits politiques de Michel van Schendel, des textes sélectionnés par l’auteur lui-même.

On retrouvera, dans cet ouvrage, des textes écrits entre 1956 et 2005.

Jean-Marc Piotte, qui signe la préface, nous propose de les appréhender en trois groupes:

– ceux qui concernent la Révolution tranquille et la collaboration de Michel van Schendel à la revue Socialisme qu’il a dirigée de 1968 à 1971;

– ceux qui traitent de la théorie marxiste-léniniste, comprenant des textes publiés dans différentes revues pendant les années soixante-dix, jusqu’à 1980 où, récipiendaire du Prix du gouverneur général pour la littérature, Michel van Schendel en fit un événement politique en donnant le montant du prix aux grévistes de Radio-Canada;

– enfin, à partir du milieu des années quatre-vingt, les textes dans lesquels Michel van Schendel exprime sa déception face au gouvernement socialiste de François Mitterrand, joignant sa voix à celle de bien d’autres personnes de gauche qui partagent alors son inquiétude, puis, au début de l’an 2000, ceux dans lesquels il commente cette autre grande défaite du mouvement socialiste : l’effondrement des pays du socialisme réel.

Mais quels que soient les années et les événements commentés dans ces Écrits politiques, on y retrouve le Michel van Schendel citoyen combattant, celui qui n’a jamais cessé de s’opposer au capitalisme sauvage et qui a lutté toute sa vie pour la dignité de l’être humain.

L’AUTEUR :

Né à Asnières en France en 1929, MICHEL VAN SCHENDEL a émigré au Québec en 1952. Tour à tour rédacteur à la Société Radio-Canada, journaliste au Devoir et au Nouveau Journal, traducteur pour la Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme (commission Laurendeau-Dunton), secrétaire de la Commission provinciale d’enquête sur l’urbanisme (commission La Haye), Michel van Schendel a participé activement à la vie intellectuelle de son pays d’adoption; il a collaboré, entre autres, aux revues Liberté, Cité libre et Parti pris, et il a dirigé de 1968 à 1971 la revue Socialisme. Il a aussi mené une importante carrière universitaire.

Professeur de littérature française et québécoise, il a été l’un des fondateurs de l’Université du Québec à Montréal, où il a enseigné pendant trente ans au département d’études littéraires et milité au syndicat des professeurs jusqu’à sa retraite en 1999.

Michel van Schendel a obtenu en 2003 le prestigieux prix Athanase-David du Québec pour l’ensemble de son oeuvre littéraire. Parmi ses recueils de poésie, citons Autres, autrement (1983), Extrême livre des voyages (1987), Bitumes (1998), Quand demeure (2002), Choses nues passage (2004) et
Mille pas dans le jardin font aussi le tour du monde (2005). La rétrospective De l’oeil et de l’écoute, qui regroupe ses poèmes parus de 1956 à 1976, lui a valu en 1980 le Prix du gouverneur général du Canada.

ÉCRITS POLITIQUES
Michel van Schendel
VLB ÉDITEUR
Collection Les Champs de culture
2007 – 256 pages – 26,95$

Ce titre et les titres suivants sont disponibles en ligne chez l’éditeur :

VLB ÉDITEUR

TITRES DE L’AUTEUR PRÉSENTÉS CHEZ PLANÈTE QUÉBEC :

L’Oeil allumé. Contes de la colère triste
Mille pas dans le jardin font aussi le tour du monde (poésie)
L’Oiseau, le Vieux-Port et le charpentier – Poésie
L’épars et le continu. Rebonds critiques III
Écrits politiques

Plusieurs éditions posthumes de textes de Michel van Schendel sont actuellement en préparation.