Art et culture
Accueil -> culture -> Tous les chroniqueurs du passé -> Éditeurs du Canada français ->


Photo de Lysette Brochu

Louise paradis
Exposition:
Signes sensibles
Du 18 mars au 3 avril 2004
Vernissage de l’exposition le 18 mars 2004 à 18h
Galerie de l’Alliance Française
352, rue MacLaren
Ottawa, Ontario
Tel : (613) 234-9470, Fax : (613) 233-1559
Organisée par l’Alliance Française de la Région de la Capitale Nationale,
à l’occasion du « Printemps des Poètes »

«Les choses visibles sont des images lumineuses des invisibles. Elles servent de pont entre le monde des sens et le monde des âmes, un pont mystérieux qui a son point d’appui des deux côtés, et qui conduit aux deux rives.»
Robert Lesage

Louise Paradis sera l’invitée de l’Alliance française, pour célébrer de façon particulière la « Journée mondiale de la poésie » et le « Printemps des Poètes ». Le vernissage de son exposition aura lieu le 18 mars 2004 : Signes sensibles proposera au public une vingtaine de poèmes-tableaux qui seront en montre jusqu’au 3 avril.

Louise Paradis a une formation un peu erratique, mais fort intéressante : cours classique, 4 ans au Conservatoire de musique de Montréal, 2 en arts visuels et finalement, une spécialisation en lettres françaises.

Elle écrit depuis les belles années du collège, époque où elle reçut des éditions Beauchemin un premier prix à l’échelle provinciale pour un conte en prose poétique intitulé Noir et Blanc.

En 1980, elle remporte le premier prix du Salon du livre pour son récit La lumière sortilège.

En 1982, mention spéciale au prix Octave-Crémazie pour son recueil Les Quatorze stations.

Puis, diverses collaborations dans des publications collectives : L’écriture ce vaste lieu, Outaouais-mars 82 et la revue l’Apropos.

En 1983, elle reçoit avec les autres participants le premier prix littéraire de la Société nationale des Québécois pour le collectif Huit poèmes infiniment, dont le titre lui revient.

En 1987, elle dirige la production de Topographies, une autre publication collective de l’Association des auteurs qui regroupe vingt-deux auteurs et sept artistes de l’Outaouais.

Elle organise aussi plusieurs soirées de poésie dans le cadre du Salon du livre et de la Fête Nationale des Québécois, auxquelles elle contribue en tant qu’auteure-compositeure-interprète.

Elle participe aussi à ce titre à plusieurs événements poétiques organisés par l’Association des Auteurs de l’Ontario (AAOF), sous l’impulsion dynamique de Jacques Flamand.

Du livre d’art à la création du poème-objet: la parole exposée.

En 1997, Louise Paradis publie aux Éditions du silence Les Archipels de l’âme ; la ville de Hull offre un exemplaire de ce livre d’art à sa Majesté la reine Elizabeth, lors de son passage en Outaouais, l’été de la même année.

L’année suivante, la poétesse entreprend une longue recherche qui la mène à la création du poème-objet. En l’an 2000, elle fonde sa propre petite entreprise : les Éditions du poème-objet enr.

Désormais, Louise Paradis se consacre surtout à la poésie qui, pour elle, est un passage au sacré.

Depuis trois ans, elle explore parallèlement, par la lecture et l’écriture, la thématique des rituels de passage (naissance, mariage et mort).

Elle a proposé deux expositions de poèmes-tableaux au public : Métamorphoses, en mai 2003 et Supplique pour notre humanité, tout récemment, à la Coopérative funéraire de l’Outaouais.

Quelques-uns de ses poèmes viennent de paraître dans la revue belge <b<Traversées.

Signes sensibles: une approche artistique des chants rituels entourant la naissance et l’amour

L’exposition comprend une vingtaine de poèmes-tableaux par lesquels l’artiste vous invite à plonger au cœur des chants rituels entourant la naissance et l’amour.

Les œuvres présentées sont produites au moyen de techniques mixtes alliant l’impression et le collage sur papiers japonais et autres papiers de haute qualité ; ceux-ci sont transformés ou rehaussés par des encres, aquarelles ou acryliques et par diverses manipulations propres à produire les textures recherchées en accord avec les résonances de chaque poème.

Le texte se trouve donc inséré dans un environnement visuel qui en élargit les harmoniques et en métamorphose ainsi la lecture.

Autrement dit, texte et contexte visuel engendrent une nouvelle signifiance, autant pour la poétesse tout au long de son travail que pour les lecteurs qui découvrent le résultat de cette alchimie.
…………………………………………………..
Présentation des artistes qui accompagneront Louise Paradis au récital offert lors du vernissage de l’exposition

Photo de Maurice Brochu
Diane Bouchard
Comédienne de formation, Diane Bouchard s’est spécialisée dans le théâtre de marionnettes pour les petits et grands. Elle a été plusieurs fois boursière du Conseil des arts et des lettres du Québec. Femme-orchestre, elle écrit les pièces, confectionne avec astuce les marionnettes et les décors et anime sur scène tous ces personnages aussi originaux les uns que les autres. Ses talents d’interprète et de conteuse n’ont d’égales que sa créativité et sa joie de vivre communicative.

Christine Mercier
En 1982, Christine Mercier publiait un recueil de poésie. C’est cependant en tant que comédienne et animatrice qu’elle décida d’œuvrer à la radio et à la télé, consacrant ainsi la plus grande partie de sa vie à la communication verbale. Aujourd’hui, elle continue de jongler avec les mots et les images à titre de réalisatrice et garde toujours en son cœur une part privilégiée pour la poésie.

Stéphane Albert-Boulais
Stéphane-Albert Boulais, un auteur particulièrement prolifique, vient de recevoir aux Culturiades 2003, le Grand prix d’excellence de la Fondation Casino du lac-Leamy pour l’ensemble de son œuvre.

En 1984, il a partagé le Prix littéraire de l’Outaouais décerné au collectif Huit poèmes infiniment ; il a aussi reçu le Prix Henry-Desjardins en 1989, pour Le cinéma vécu de l’intérieur, récit publié à la suite de son expérience de tournage avec le cinéaste bien connu, Pierre Perreault.

Véritable conteur né et excellent poète, M. Boulais a écrit entre autres les quatre cycles de la fresque Blisse et le roman Je t’aime Abigail qui fut adapté pour la scène lors du bicentenaire de la ville de Hull. Féru de littérature et de cinéma, il enseigne depuis 1973 au cégep de l’Outaouais.

Réjean Paquin
Réjean Paquin a étudié au Conservatoire de musique du Québec à Hull où il a complété avec brio une maîtrise en écriture musicale. Cet excellent compositeur est bien connu dans la région pour ses nombreuses créations. Son talent d’orchestrateur est utilisé pour différents projets de film, de télévision, pour le multimédia et pour des présentations scéniques. Rock, électronique, contemporain et ethnique, complètent aussi son expertise, faisant de lui un compositeur très polyvalent.

Alliance Française d’Ottawa – Délégation Générale
352 rue MacLaren, Ottawa, Ontario, K2P 0M6, Canada
Tel : (613) 234-9470, Fax : (613) 233-1559
……………………………………………..
Livres pour enfants de Lysette Brochu