Art et culture
Accueil -> culture -> Tous les chroniqueurs du passé -> Chronique auteurs québécois - Essais, biographie, documents ->

Michel van Schendel
appartient à cette génération des poètes
de l’Hexagone qui firent œuvre de pionnier.

Dans Il dit, on trouve bien des motifs qui seront développés plus tard dans le récit autobiographique Un temps éventuel.

Quelques mois avant son décès, M. van Schendel avait dressé un inventaire des livres qu’il aurait voulu voir publiés.

Il dit, qui a été amorcé au début des années 1970 et dont quelques fragments ont été publiés dans la revue Voix et images du pays et La barre du jour, restait une question à examiner.

Pour l’auteur, Il dit était inachevé et inachevable.

La question de sa publication semblait toujours se poser sans jamais se résoudre.

Trois ans après le décès du poète, l’Hexagone publie la dernière version de ce texte, soit celle de 1972.

Même si Michel van Schendel y fait souvent allusion à l’actualité de son temps et à sa vie, Il dit transcende constamment l’anecdote par la liberté de son écriture, à la fois spontanée et savante, et par l’invention incessante de nouvelles formes pour mieux cerner son propos.

Catherine Mavrikakis, qui signe la préface, nous présente Il dit comme un travail sur la pensée et la langue telles qu’elles se présentent à la conscience.

Michel van Schendel tente de réfléchir sur le processus même de la parole et de l’écrit et de mettre en pratique dans le texte ce qu’il comprend du langage.

TITRES DE L’AUTEUR PRÉSENTÉS CHEZ PLANÈTE QUÉBEC :

L’Oeil allumé. Contes de la colère triste
Mille pas dans le jardin font aussi le tour du monde (poésie)
L’Oiseau, le Vieux-Port et le charpentier – Poésie
L’épars et le continu. Rebonds critiques III
Écrits politiques
Il dit

Plusieurs éditions posthumes de textes de Michel van Schendel sont actuellement en préparation.

L’AUTEUR :

Né à Asnières en France en 1929, MICHEL VAN SCHENDEL a émigré au Québec en 1952. Tour à tour rédacteur à la Société Radio-Canada, journaliste au Devoir et au Nouveau Journal, traducteur pour la Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme (commission Laurendeau-Dunton), secrétaire de la Commission provinciale d’enquête sur l’urbanisme (commission La Haye), Michel van Schendel a participé activement à la vie intellectuelle de son pays d’adoption; il a collaboré, entre autres, aux revues Liberté, Cité libre et Parti pris, et il a dirigé de 1968 à 1971 la revue Socialisme. Il a aussi mené une importante carrière universitaire.

Professeur de littérature française et québécoise, il a été l’un des fondateurs de l’Université du Québec à Montréal, où il a enseigné pendant trente ans au département d’études littéraires et milité au syndicat des professeurs jusqu’à sa retraite en 1999.

Michel van Schendel a obtenu en 2003 le prestigieux prix Athanase-David du Québec pour l’ensemble de son oeuvre littéraire. Parmi ses recueils de poésie, citons Autres, autrement (1983), Extrême livre des voyages (1987), Bitumes (1998), Quand demeure (2002), Choses nues passage (2004) et
Mille pas dans le jardin font aussi le tour du monde (2005). La rétrospective De l’oeil et de l’écoute, qui regroupe ses poèmes parus de 1956 à 1976, lui a valu en 1980 le Prix du gouverneur général du Canada.

Michel van Schendel a obtenu en 2003 le prestigieux prix Athanase-David pour l’ensemble de son oeuvre.

Il appartient à cette génération des poètes de l’Hexagone qui firent oeuvre de pionnier.

IL DIT
Michel van Schendel
VLB ÉDITEUR
Collection : Écritures
2008 – 128 pages – 17,95$

Retrouvez tous les titres publiés sur le site de l’éditeur :

VLB ÉDITEUR

Titres présentés chez Planète Québec :

Rue Daubenton
Le bonheur des poètes
…s’arrête ? Je
La route du sabre
Il dit

Accueil -> culture -> Tous les chroniqueurs du passé -> Chronique auteurs québécois - Essais, biographie, documents ->

Michel van Schendel
appartient à cette génération des poètes
de l’Hexagone qui firent œuvre de pionnier.

Dans Il dit, on trouve bien des motifs qui seront développés plus tard dans le récit autobiographique Un temps éventuel.

Quelques mois avant son décès, M. van Schendel avait dressé un inventaire des livres qu’il aurait voulu voir publiés.

Il dit, qui a été amorcé au début des années 1970 et dont quelques fragments ont été publiés dans la revue Voix et images du pays et La barre du jour, restait une question à examiner.

Pour l’auteur, Il dit était inachevé et inachevable.

La question de sa publication semblait toujours se poser sans jamais se résoudre.

Trois ans après le décès du poète, l’Hexagone publie la dernière version de ce texte, soit celle de 1972.

Même si Michel van Schendel y fait souvent allusion à l’actualité de son temps et à sa vie, Il dit transcende constamment l’anecdote par la liberté de son écriture, à la fois spontanée et savante, et par l’invention incessante de nouvelles formes pour mieux cerner son propos.

Catherine Mavrikakis, qui signe la préface, nous présente Il dit comme un travail sur la pensée et la langue telles qu’elles se présentent à la conscience.

Michel van Schendel tente de réfléchir sur le processus même de la parole et de l’écrit et de mettre en pratique dans le texte ce qu’il comprend du langage.

TITRES DE L’AUTEUR PRÉSENTÉS CHEZ PLANÈTE QUÉBEC :

L’Oeil allumé. Contes de la colère triste
Mille pas dans le jardin font aussi le tour du monde (poésie)
L’Oiseau, le Vieux-Port et le charpentier – Poésie
L’épars et le continu. Rebonds critiques III
Écrits politiques
Il dit

Plusieurs éditions posthumes de textes de Michel van Schendel sont actuellement en préparation.

L’AUTEUR :

Né à Asnières en France en 1929, MICHEL VAN SCHENDEL a émigré au Québec en 1952. Tour à tour rédacteur à la Société Radio-Canada, journaliste au Devoir et au Nouveau Journal, traducteur pour la Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme (commission Laurendeau-Dunton), secrétaire de la Commission provinciale d’enquête sur l’urbanisme (commission La Haye), Michel van Schendel a participé activement à la vie intellectuelle de son pays d’adoption; il a collaboré, entre autres, aux revues Liberté, Cité libre et Parti pris, et il a dirigé de 1968 à 1971 la revue Socialisme. Il a aussi mené une importante carrière universitaire.

Professeur de littérature française et québécoise, il a été l’un des fondateurs de l’Université du Québec à Montréal, où il a enseigné pendant trente ans au département d’études littéraires et milité au syndicat des professeurs jusqu’à sa retraite en 1999.

Michel van Schendel a obtenu en 2003 le prestigieux prix Athanase-David du Québec pour l’ensemble de son oeuvre littéraire. Parmi ses recueils de poésie, citons Autres, autrement (1983), Extrême livre des voyages (1987), Bitumes (1998), Quand demeure (2002), Choses nues passage (2004) et
Mille pas dans le jardin font aussi le tour du monde (2005). La rétrospective De l’oeil et de l’écoute, qui regroupe ses poèmes parus de 1956 à 1976, lui a valu en 1980 le Prix du gouverneur général du Canada.

Michel van Schendel a obtenu en 2003 le prestigieux prix Athanase-David pour l’ensemble de son oeuvre.

Il appartient à cette génération des poètes de l’Hexagone qui firent oeuvre de pionnier.

IL DIT
Michel van Schendel
VLB ÉDITEUR
Collection : Écritures
2008 – 128 pages – 17,95$

Retrouvez tous les titres publiés sur le site de l’éditeur :

VLB ÉDITEUR

Titres présentés chez Planète Québec :

Rue Daubenton
Le bonheur des poètes
…s’arrête ? Je
La route du sabre
Il dit