Art et culture
Accueil -> culture -> Tous les chroniqueurs du passé -> Éditeurs du Canada français ->


Évelyne Voldeng, sourcière de mots
Sous la direction de Francine Chicoine
(Collectif)
Études littéraires
Les Éditions David
Le Nordir / L’Interligne
Collection : Hors-collection
204 pages
ISBN : 2-89597-026-2
Date de parution : Octobre 2004
20,00 $

Des témoignages très émouvants… en lisant celui de Francine Chicoine La chronique du rendez-vous ultime, comment ne pas avoir des frissons? Un très beau livre que vous voudrez lire et relire. Je suis certaine que ses ami.e.s, ses étudiant.e.s, tous ceux et toutes celles qui l’ont croisée, apprendront encore davantage qui était cette grande « petit bout de femme », devineront un peu le mystère de sa vie, l’aimeront encore plus… Et la page couverture! Un bleu qui rappelle la Bretagne, l’eau… le paradis. Je n’ai croisée Évelyne Voldeng qu’une seule fois mais Dieu! que je me souviens d’elle, que je suis reconnaissante pour cette brève rencontre.
Lysette

Seul le grand départ, ce saut terrible hors du temps, pourra lui permettre de vivre enfin un espace à la fois plus vrai, plus valorisant et, en un sens, plus réel que le temps présent.
Yvon Malette

«La jeune femme avait toujours deux facettes de sa personnalité assez contradictoires. Le plus souvent elle était la petite professeure sérieuse, sans éclat, qu’une collègue fort peu gentille avait comparée à une souris grise dans un coin. Mais parfois Mona revêtait ses oripeaux flamboyants. L’œil brillant, elle discutait pendant des heures et était capable de toutes les audaces et de toutes les entreprises.»
Les crocodiles dans les champs de soya.

Auteure d’une vingtaine de livres et de multiples textes de création, articles et comptes rendus littéraires, présente à des rencontres, colloques et congrès mondiaux sur tous les continents, Évelyne Voldeng avait une telle soif d’intensité que rien dans la réalité ne pouvait la rassasier.

Ce recueil se veut un hommage à son talent et son humanité. Une manière de saisir la réalité «Évelyne Voldeng» à travers le regard de ceux qui ont analysé ou commenté son oeuvre, les témoignages et anecdotes de ceux qui l’ont connue, les extraits de ses livres, à la lumière également de sa bibliographie ainsi que de la chronologie des faits marquants de sa vie.

Née en Bretagne en 1943, Évelyne Voldeng s’est établie au Canada en 1968. Elle s’est noyée dans la rivière aux Outardes, sur la Côte-Nord du Québec, le 1er juillet 2002.

Les Éditions David
1678, rue Sansonnet
Ottawa (Ontario)
K1C 5Y7
Tél. (613) 830-3336
Téléc. (613) 830-2819

Éditions David/RÉCF : catalogue


Éditions David : catalogue

Directeur général : Yvon Malette

Éditions du Nordir
60, rue Université
Ottawa, Ontario
K1N 6N5
Le Nordir
Téléphone : (819) 243-1253 ou
Télécopieur : (819) 243-6201
Courriel : Le Nordir
Distributeur : Diffusion Prologue
Directeur général : Robert Yergeau

Les Éditions L’Interligne
255, ch. de Montréal, bureau 201
Vanier, Ontario
Canada K1L 6C4

Téléphone: (613) 748-0850
Télécopieur: (613) 748-0852
L’Interligne
Courriel: interligne@franco.ca

Directeur: Arash Mohtashami-Maali

Je recevais ce message de Claire le 3 juillet 2002.

Une amie m’a appelée et m’a dit, qu’aux nouvelles du «Ce soir», ils ont montré une photo d’Évelyne Voldeng qui est portée disparue…
Le coeur dans l’eau pour Évelyne

Je me souviens que ce jour-là, je faisais jouer la chanson de Francis Cabrel…
Pleure pas petite sirène,
La ville dort encore,
Ton histoire commence à peine.
Pleure pas petite sirène…


Photo-montage que j’ai reçu de Claire Guillemette-Lamirande le lendemain que nous avons appris son décès.
En photographiant ce datura hier soir, j’ai pensé à Évelyne. Il me semble qu’elle va nous réapparaître tout d’un coup. Je n’arrive pas à me convaincre de sa mort.
La trompette de la mort !

Cette poète a marqué le coeur de bien des personnes comme en témoigne ce magnifique livre Évelyne Voldeng, sourcière de mots!
………………………………………………..
Évelyne Voldeng,poète, romancière et essayiste était aussi professeure de français à l’Université de Carleton à Ottawa.

Elle avait 59 ans, lorsqu’au mois de juillet 2002, après avoir assisté à un Symposium de peinture à Baie-Comeau, elle s’est rendue à un chalet de Pointe-aux-Outardes dans l’intention d’écrire.

Évelyne s’est noyée dans le fleuve… Le 13 juillet, des plaisanciers retrouvaient son cadavre, qui dérivait au large de la Rivière-Madeleine, en Gaspésie.

Principales publications…
Brocéliande à coeur de neige, suivi de Mon herbier sauvage
Crocodiles dans les champs de soya (Les)
Haïkus de mes cinq saisons
Lectures de l’imaginaire. Huit femmes poètes des deux cultures canadiennes (1940-1980)
Moi Ève Sophie Marie
Violeur à la fleur d’artichaut (Le)

Les Crocodiles dans les champs de soya
Évelyne Voldeng
Éditions L’Interligne
Collection : « Vertiges »
160 pages
Date de parution : 2000
17,95 $

Mona, l’inspecteur William Sei et le colonel Butler plongent, dans ce polar carnet de voyages et guide gastronomique, au cœur d’une aventure qui les mène dans les Caraïbes et à Bangkok

Le Violeur à la fleur d’artichaut
Évelyne Voldeng
Éditions L’Interligne
Collection : « Vertiges »
130 pages
Date de parution : 2002
16,95 $
La page couverture est de Claire Guillemette-Lamirande.
Voir :Chronique/La femme aux mains de couleurs

Un entrefilet dans le journal est le point de départ de la seconde enquête de Mona Legoff, professeure et détective amateure qui habite un petit village de l’Ontario.

Pour la troisième fois en trois ans, on vient de trouver, dans un champ d’artichauts près de Kermaria, en Bretagne, le cadavre d’une femme. Près du corps, un lumigno éteint, un message sybillin et une fleur d’artichaut.

Après Les Crocodiles dans les champs de soya, Évelyne Voldeng signait, dans un style bien à elle, un deuxième polar brillamment construit.