Art et culture
Accueil -> culture -> Tous les chroniqueurs du passé -> Chronique auteur étranger - Littérature, essai et document ->

Pourquoi écrire une suite au Ruisseau des Singes ?

Le succès inattendu et miraculeux m’y a poussé ; cette avalanche de sympathie et de pensées affectueuses d’inconnus qui m’ont témoigné leur fidélité et leur amitié ne pouvait me laisser indifférent.

Je suis un incorrigible bavard, curieux des autres, attentif, l’œil en éveil, en attente d’un détail drôle ou tendre.

Je croque les passants, je dévore celles ou ceux que je croise, je suis un voleur de cœur.

Je continue à jouer, à m’amuser, rien n’est plus sérieux que la vie mais les choses de la vie sont parfois cocasses ou mélancoliques…

Après le grand succès du Ruisseau des singes (400 000 exemplaires vendus), JEAN-CLAUDE BRIALY s’est à nouveau plié au jeu des souvenirs.

Librement, sur le ton de la confidence ou avec toute l’ironie affectueuse dont il est capable, il nous livre des souvenirs, des anecdotes, des images d’une vie nourrie par de multiples rencontres parmi les plus grands artistes de notre temps.

La vitalité d’Arletty, le trac légendaire de Pierre Brasseur, la fête selon Maritie et Gilbert Carpentier lors de leurs fameuses émissions télévisées, avec les pionniers : Roger Pierre et Jean-Marc Thibault, Jacqueline Mailland, Poiret et Serrault, puis la nouvelle génération : Claude François, Eddy Mitchell, Michel Sardou, Johnny bien sûr, Sylvie Vartan, ou encore les fortes personnalités comme Fabrice Luchini, Claudia Cardinale, Charles Aznavour, Barbara se croisent dans ces pages.

On y apprend par exemple que la plus grande fan de Régine était … la chienne de la concierge des Carpentier, ou encore que Barbara avait l’habitude de se faire appeler… Mme Brialy !

Hymne à la mémoire, à l’amitié, au spectacle qui continue toujours, ce titre évoque sous un angle plus personnel et plus caustique une carrière et des rencontres inoubliables.

Le chemin d’un homme de ferveur dont la première vertu est une capacité d’émerveillement intacte.

– Le Figaro

Son livre de souvenirs fourmille d’anecdotes et ne vous lâche pas, tant Brialy a l’art d’être drôle sans être superficiel.

– Le Parisien

J’AI OUBLIÉ DE VOUS DIRE
Jean-Claude Brialy
LES ÉDITIONS XO
2004 – 400 pages – 29,95$ – 21,90 euros

XO ÉDITEURS