Art et culture
Accueil -> culture -> Tous les chroniqueurs du passé -> Chronique santé, sexualité et sport ->

« Je veux lever le voile pour me ‘dévioler’. Je sais qu’il va me lire, car il lui arrive de se sentir coupable. Il dit avoir été ‘un peu gauche’ : il a laissé échapper quelques gouttes de sperme! »

Pour témoigner de l’horreur du drame que vivent les hommes agressés sexuellement pendant leur enfance, l’auteur JACQUES BENOIT brise le silence en nous livrant son récit de vie.

Écrit à la façon d’un journal intime, ce titre nous fait réaliser et comprendre que, toujours, l’agression sexuelle constitue un crime contre la personne. En tant que membres d’une collectivité, son histoire nous concerne tous.

Placé en famille d’accueil à un an, transféré d’un centre d’accueil à l’autre à partir de dix ans, JACQUES BENOIT est agressé sexuellement par un des éducateurs de l’institution chargée de le protéger : il a onze ans…

C’est le début d’une série d’abus sexuels qui le conduiront dans les souffrances de la victimisation et de la survivance.

À quarante-quatre ans, il trouve le courage et les mots pour faire le procès de ses agresseurs et dénoncer l’inaction des intervenants des centres de jeunesse dans la délation des abuseurs.

Aujourd’hui , il aimerait être invité dans les écoles pour parler aux jeunes de la pédophilie afin d’éviter que d’autres drames se reproduisent.

À la fois cri du cœur et de colère, JE N’AVAIS QUE ONZE ANS vise essentiellement à inciter les victimes d’agression sexuelle à s’ouvrir et à dénoncer leurs agresseurs.

Traversé par un fort courant d’espoir et de confiance, son livre met en lumière la force vitale des survivants et prouve qu’il est possible de contrer les effectifs négatifs des agressions sexuelles subies durant l’enfance.

Un livre vibrant d’authenticité.

JE N’AVAIS QUE ONZE ANS –
LA PÉDOPHILIE, UN CRIME CONTRE LA PERSONNE
Jacques Benoit
LES ÉDITIONS LIBRE EXPRESSION
2006 – 144 pages – 19,95$