Art et culture
Accueil -> culture -> Tous les chroniqueurs du passé -> Chronique auteurs québécois - Essais, biographie, documents ->


Le Belgiquois de France

Quand Johan Beetz, aristocrate belge, s’amène au Canada, c’est pour y soigner une peine d’amour. Il devait épouser sa cousine Marthe Verzÿl, mais cette dernière a été emportée par une pneumonie aussi subite que fatale.

Si l’inconsolable Johan Beetz n’avait pas conversé avec un certain monsieur Werner, il n’aurait jamais eu l’idée d’acheter la maison de ce dernier sise à Piasthi-Baie, sur la Côte-Nord, et ce qui aurait pu n’être qu’un intermède dans la vie de Johann
Beetz se révélera plutôt l’œuvre d’une vie.

Cet homme, d’une curiosité insatiable et d’une inventivité tout aussi grande, deviendra une légende sur la Côte-Nord, au point que les citoyens choisiront de nommer leur village Baie-Johan-Beetz après qu’il les aura sauvés de la grippe espagnole en 1918.

Fort riche, il aura vis-à-vis des gens de sa région une attitude à l’opposé de celle des rapaces marchands de la Compagnie de la baie d’Hudson.

Il paiera leurs fourrures à des prix que trappeurs blancs et indiens n’avaient jamais pu imaginer.

Et cela ne l’empêchera pas de s’enrichir en vendant à très bon prix les peaux en question aux fourreurs parisiens.

Érudit, bénéficiant d’une formation scientifique en biologie et en médecine, Johan Beetz se fera éleveur de renard.

Toujours l’esprit en éveil, il inventera en outre un procédé de momification dont il ne révélera jamais le secret.

Ornithologue, il sera considéré comme une sommité dans ce domaine.

En somme, cet homme réunissait en lui des qualités qu’on ne retrouve que très rarement chez un seul homme: c’était un chercheur, un écrivain, un dessinateur, un homme d’affaires prospère et un père de famille comblé.

L’AUTEURE :

Née en France, dans la banlieue parisienne, SYLVIANE SOULAINE a une formation d’institutrice.

Ayant participé aux échanges d’enseignants entre la France et le Québec, en 1973, elle fut séduite par le pays et ne l’a plus quitté!

Amoureuse du patrimoine bâti, elle s’emploie depuis plus de dix ans à faire revivre, avec son époux, une maison bicentenaire dont ils projettent d’écrire l’histoire…

Grand-mère très récente d’un merveilleux petit Antoine, Sylviane Soulaine est actuellement enseignante dans une institution privée de la rive sud de Montréal.

JOHAN BEETZ. LE PETIT GRAND EUROPÉEN
Sylviane Soulaine
XYZ ÉDITEURS
Collection : Les grandes figures
2005 – 168 pages – 16,00$

XYZ ÉDITEURS