Art et culture
Accueil -> culture -> Tous les chroniqueurs du passé -> Chronique auteur étranger - Littérature, essai et document ->

Dans les années 1860, Fusang, jeune Chinoise de vingt ans, est kidnappée pour être vendue comme prostituée à San Francisco.

« Diables blancs » et Chinois, tous sont fascinés par sa beauté, son sourire, ses pieds minuscules chaussés de satin.

Pour Chris, âgé de douze ans et fou amoureux d’elle, elle est le mythe de l’Orient incarné.

Da Yong, l’homme aux poignards, succombe lui aussi à ses charmes.

De bordels en mauvais traitements, Fusang, souriante et silencieuse, deviendra la prostituée la plus célèbre de Chinatown.

Dans un style envoûtant, entre réalisme et poésie, Geling Yan abolit le temps et parle à Fusang.

Elle nous entraîne, sur fond de racisme, d’incompréhension et de violence, dans le sillage d’une femme forte, libre et amoureuse.

« Cruel et sensuel, l’extraordinaire roman de Geling Yan est un rêve serti dans un cauchemar et un cauchemar éclairé par le rêve. »
Bharati Mukherjee

LA FILLE PERDUE DU BONHEUR
Geling Yan
Traduction : Natalie Zimmermann
LES ÉDITIONS 10/18
Collection : Domaine étranger # 3618
Sous-collection : Littérature chinoise
302 pages – 17,50$

LES ÉDITIONS 10-18