Art et culture
Accueil -> culture -> Tous les chroniqueurs du passé -> Chronique auteur étranger - Littérature, essai et document ->

LE BAL DES IMPOSTEURS

« Sarah, qui était ma femme depuis plus de quarante-cinq ans, s’est tiré une balle dans la tête hier après-midi.
C’est du moins ce que pense la police. Je joue le rôle du veuf éploré avec ardeur. Et crédibilité. Sarah m’a appris à vivre dans l’illusion – donc dans l’imposture. Je sais qu’elle ne s’est pas suicidée. Ma femme était trop sensée, trop ancrée dans la réalité pour se supprimer. Des remords, pour ce qu’elle a fait dans le passé ? Je suis sûr que non. De la culpabilité ? Ce sentiment lui était étranger.
Je l’ai tuée. »

Son geste accompli, James Farell, seul dans son château de Cornouailles, se souvient, raconte, tente d’élucider les secrets de sa vie.

Comment, étudiant à Oxford, il était promis à une brillante carrière musicale.

Comment un matin, à Hyde Park, il rencontra Ella Harcourt, la cousine germaine de Sarah.

Pourquoi, follement épris de Ella, il en vint à épouser Sarah.

À remonter ainsi le temps, à réveiller sa jeunesse, à en raviver les passions, saisira-t-il que le vrai crime fut alors d’avoir tué l’amour ?

Succès fulgurant en Grande-Bretagne.

L’AUTEUR RICHARD MASON, qui en avait commencé la rédaction à l’âge de dix-huit ans, et en a aujourd’hui vingt et un, compte d’ores et déjà comme l’un des grands romanciers internationaux.

LE BAL DES IMPOSTEURS
Richard Mason
LES ÉDITIONS JC LATTÈS
382 pages – 27,95 $