Art et culture
Accueil -> culture -> Tous les chroniqueurs du passé -> Chronique auteurs québécois - Essais, biographie, documents ->

Le Parti conservateur a remporté contre toute attente dix circonscriptions au Québec et a recueilli 25% des suffrages. Depuis, Stephen Harper courtise le Québec.

Il commence tous ses discours en français, rencontre le premier ministre Charest plus que tout autre premier ministre provincial, promet de régler le déséquilibre fiscal et d’assurer la présence du Québec à l’UNESCO.

Le Québec se laissera-t-il envoûter par cette campagne de séduction ? Au point de donner à Harper, lors de la prochaine élection, les sièges qui lui manquent pour se retrouver à la tête d’un gouvernement majoritaire ?

Avant de donner les pleins pouvoirs à Harper, le Québec doit savoir à qui il a affaire.

Sait-on que lorsqu’il était à la tête de la National Citizens Coalition, Harper finançait les contestations de la Loi 101 devant les tribunaux ?

Qu’il a été, bien avant Stéphane Dion, le père de la Loi sur la clarté ?

Qu’il est des plus ardents partisans de la partition du Québec dans l’éventualité d’un référendum gagnant ?

Qui sait que Stephen Harper est un disciple de Friedrich Hayek, le gourou du néolibéralisme ?

Qu’il veut redéfinir l’identité canadienne autour de la politique étrangère, de la Défense et des Forces armées ?

Qu’il doit son ascension politique aux sectes évangélistes de l’Ouest canadien et au lobby pétrolier?

Dans Le vrai visage de Stephen Harper, PIERRE DUBUC brosse donc un portrait sans complaisance du premier ministre du Canada, portrait que tous les Québécois ont avantage à lire dans un pays où les sirènes sifflent davantage qu’elles ne chantent.

Directeur de L’aut’journal et candidat à la chefferie du Parti québécois, PIERRE DUBUC s’occupe aussi de syndicalisme.

LE VRAI VISAGE DE STEPHEN HARPER
Pierre Dubuc
LES ÉDITIONS TROIS-PISTOLES
2006 – 176 pages – 19,95$