Art et culture
Accueil -> culture -> Tous les chroniqueurs du passé -> Chronique auteurs québécois - Essais, biographie, documents ->

Une autre dimension de leur migration aux États-Unis

Au Canada, au moment où la guerre de Sécession tire à sa fin, on pleure ses morts.

« Le 12 février 1865, un libera pour le repos de l’âme des Canadiens français tombés au combat aux États-Unis est chanté devant 13 000 personnes réunies à la basilique Notre-Dame à Montréal. Lors de cette réunion, on souligne que 40 000 Canadiens français auraient participé à la guerre dont 14 000 auraient perdu la vie. »

Mais qui sont ces Canadiens français qui ont risqué leur vie dans une guerre étrangère ?

Pourquoi ?

Et quelles expériences ont-ils vécues ?

Jean Lamarre, professeur d’histoire au Collège militaire royal de Kingston, a consacré à ces questions plusieurs années de recherche et a dépouillé plus de 1300 dossiers militaires de soldats d’origine canadienne-française enrôlés dans les armées du Nord, conservés aux Archives nationales de Washington.

Ont également été consultés les journaux canadiens-français de l’époque, Le Canadien et La Minerve.

Il nous décrit le dur contexte socioéconomique dans lequel des milliers de Canadiens français se trouvaient au milieu du XIXe siècle et démontre que la cause principale de l’enrôlement rémunéré de ceux-ci était l’espoir d’améliorer leur sort.

Mais la majorité des Canadiens français qui se sont enrôlés étaient jeunes et insouciants, donc vraisemblablement à la recherche d’un revenu ou d’aventure.

Rien n’interdit de croire également que certains ont participé au conflit par idéalisme.

Le geste est aujourd’hui révélateur de l’infortune des uns et de la naïveté des autres. Car près de 1 soldat canadien-français sur 7 est mort durant la guerre, dont près de 1 sur 12 au combat et 1 sur 16 de maladie, et plusieurs ont connu une dure détention dans de sinistres prisons sudistes.

Après diverses évaluations statistiques qu’il nous livre dans la première partie de l’ouvrage, Jean Lamarre s’est surtout efforcé de rendre le côté humain, les motivations, les difficultés, les conditions de vie au front de ces jeunes soldats…

Il se donne aussi comme objectif de replacer cet épisode particulier de l’histoire canadienne-française dans un cadre plus vaste, soit celui de la grande migration qui a drainé entre 1840 et 1930 près d’un million de Canadiens français vers les États-Unis.

Enfin, en annexe, Jean Lamarre donne une liste des Canadiens français qu’il a pu identifier dans les archives militaires américaines qu’il a dépouillées.

LES CANADIENS FRANÇAIS
ET LA GUERRE DE SÉCESSION
Jean Lamarre
VLB ÉDITEUR
Collection : Études québécoises
2006 – 192 pages – 20,95$

VLB ÉDITEUR