Art et culture
Accueil -> culture -> Tous les chroniqueurs du passé -> Chronique auteur étranger - Littérature, essai et document ->

Un bien pour un mal ?

Et si tous ceux qui oeuvrent dans l’aide humanitaire, voulant secourir les dépossédés de cette Terre, faisaient plus de mal que de bien ?

S’ils se retrouvaient, involontairement, à faire le jeu de certains dictateurs assoiffés de pouvoir, à créer chez les individus de ces contrées ravagées par la violence une culture de dépendance ?

S’ils étaient, somme toute, manipulés par les gouvernements et les agences des Nations Unies qui leur donnent accès à certains lieux, alors qu’ils rendent d’autres impossibles à atteindre ?

Et s’ils transformaient les victimes adultes en enfants, et ces adultes infantilisés en saints (alors qu’on se doute qu’une personne fuyant un régime politique peut se révéler victime de ce régime, mais que les victimes ne sont pas nécessairement innocentes de tout crime)?

Bien qu’il considère les travailleurs humanitaires comme «les derniers des justes», ajoutant qu’«il n’y a rien de petit ou d’insuffisant dans ce qu’ils font», DAVID RIEFF soulève ces questions difficiles et bien d’autres.

De la neutralité prômée par la Croix-Rouge en 1862 à l’engagement politique et au combat pour les Droits de l’homme, les organisation humanitaires non gouvernementales se sont constamment questionnées sur le sens, la valeur et le pouvoir de leur action.

DAVID RIEFF propose, dans L’Humanitaire en crise, une synthèse magistrale des problèmes actuellement débattus au sein de ces organisations : Oxfam, Médecins sans frontières, Action contre la faim…

La crise majeure que traverse l’Humanitaire, selon lui, est le risque de «récupération» de son action.

L’AUTEUR :

DAVID RIEFF est né en 1952 à Boston et vit actuellement à New York. Il a notamment couvert les conflits des Balkans pour le New York Times, le Los Angeles Times et The New Republic.

Il est l’auteur de livres sur l’exil cubain à Miami et sur la pratique de l’intervention humanitaire, notamment Slaughterhouse : Bosnia and the Failures of the West et Crimes de guerre.

L’HUMANITAIRE EN CRISE
(A Bed for the Night, Humanitarism in Crises)
David Rieff
Traduction : Sylviane Lamoine
LES ÉDITIONS LE SERPENT À PLUMES
336 pages – 39,95$