Art et culture
Accueil -> culture -> Tous les chroniqueurs du passé -> Chronique auteur étranger - Littérature, essai et document ->

Dans la Barcelone de l’après-guerre civile, «ville des prodiges» marquée par la défaite, la vie difficile, les haines qui rôdent toujours.

Par un matin brumeux de 1945, un homme emmène son petit garçon – Daniel Sempere, le narrateur – dans un lieu mystérieux du quartier gothique : le Cimetière des Livres Oubliés.

L’enfant, qui rêve toujours de sa mère morte, est ainsi convié par son père, modeste boutiquier de livres d’occasion, à un étrange rituel qui se transmet de génération en génération : il doit y adopter un volume parmi des centaines de milliers.

Là, il rencontre le livre qui va changer le cours de sa vie, le marquer à jamais et l’entraîner dans un labyrinthe d’aventures et de secrets enterrés dans l’âme de la ville : L’Ombre du vent.

Avec ce tableau historique, roman d’apprentissage évoquant les émois de l’adolescence, récit fantastique dans la pure tradition du Fantôme de l’Opéra ou du Maître et Marguerite, énigme où les mystères s’emboîtent comme des poupées russes, Carlos Ruiz Zafon mêle inextricablement la littérature et la vie.

L’AUTEUR :

CARLOS RUIZ ZAFON est né à Barcelone en 1964. Après un bref passage dans le monde de la publicité, il se consacre à l’écriture et obtient en 1993 le prix Ebebé, prix de la littérature de jeunesse espagnol.

Ce titre a obtenu le prix Planeta.

Il s’est installé à Los Angeles il y a sept ans, où il travaille à son prochain roman et écrit des scenarii.

L’OMBRE DU VENT
(La Sombra Del Viento)
Carlos Ruiz Zafon
Traduction de l’espagnol François Maspero
LES ÉDITIONS GRASSET
2004 – 528 pages – 29,95 $ – 21,50 euros

LES ÉDITIONS GRASSET