Art et culture
Accueil -> culture -> Tous les chroniqueurs du passé -> Chronique auteur étranger - Littérature, essai et document ->

Qui a osé profaner le Temple du dieu à tête de faucon ?

Après la mort de son époux le pharaon Touthmôsis II, en l’an 1479 av. J.-C., la reine Hatusu – qui règnera sous le nom de Hatchepsout – est persuadée que l’Égypte entière l’acceptera comme souveraine.

Mais un événement imprévu vient perturber ses plans : le temple dédié à Horus est le théâtre de meurtres : un lieu sacré profané !

Les prêtres s’empressent d’interpréter ces actes comme des signes de la désapprobation des dieux vis-à-vis de celle qui aspire à devenir la première femme-pharaon.

La rumeur, propagée dans toute la ville, provoque agitation et confusion.

Le juge Amerotkê est chargé d’établir la vérité sur les crimes.

La vivacité du récit, la qualité de la restitution historique combleront les amateurs de suspense.

Le meilleur auteur dans son genre depuis la mort d’Ellis Peters

– Time Out

L’AUTEUR :

Diplômé d’histoire des universités d’Oxford et de Liverpool, directeur d’école à Londres, PAUL DOHERTY est connu en France pour ses polars moyenâgeux mettant en scène le clerc Hugh Corbett.

Sept titres ont paru chez 10 /18, depuis L’Ange de la mort (1997) jusqu’à La Trahison des ombres (2003).

Mais sous les pseudonymes de P.C. Doherty et Paul Harding, ce ne sont pas moins de 47 romans que cet auteur a fait paraître en 13 ans !

Après Sous le masque de Rê (L’Archipel, septembre 2004), Meurtre au nom d’Horus est le deuxième titre d’une série à suspense se déroulant en Égypte, sous la XVIIe dynastie.

La parution de La Malédiction d’Anubis est prévue pour avril 2005 (en Europe) et mai au Canada.

MEURTRES AU NOM D’HORUS
(The Horus Killings)
Paul Doherty
Traduction : Régina Langer
LES ÉDITIONS L’ARCHIPEL
2005 – 330 pages – 29,95$ – 19 euros