Art et culture
Accueil -> culture -> Tous les chroniqueurs du passé -> Chronique auteur étranger - Littérature, essai et document ->


Ombres et lueurs
Poésie
Gabrielle Poulin
Illustration de la page couverture : Léonard Parent, dit Basque, « Vents et lumières » (détail), huile sur toile…
octobre 2003
150 pages
18,00$
Les éditions du Vermillon

En quatrième de couverture

Ils ont faim, les enfants du monde.
J’ai les mains vides et le coeur dévasté.

Tragédies du 11 septembre. Guerre en Afghanistan. Folie meurtrière en Irak. Même en ce début d’un nouveau millénaire, l’ombre n’a pas cessé de succéder à l’ombre.

Dans l’obscurité qui l’entoure, chacun tente de trouver, au coeur de son propre coeur, le point mouvant, toujours en devenir, où s’affrontent et se combattent la mort et la vie, l’oubli et la mémoire, le désespoir et l’espérance.

Pour Gabrielle Poulin, romancière, poète et essayiste, les seuls instruments d’exploration, comme les seuls moyens de survivance, ce sont les mots.

Elle les appelle, les écoute, les laisse à leur rêve et à leur délire. Libérés des censures, les mots s’abandonnent aux jeux de l’amour; ils donnent voix aux images, aux gestes du silence, aux ombres de l’oubli. De leur rapprochement inespéré, de leurs étreintes, naissent des tours de glace et de feu qui éclairent les étendues de la solitude et du silence.

Ombres et lueurs offre au passant des îlots de paix où il peut s’arrêter, se reposer et, grâce aux petits dieux de l’instant, retrouver le goût de la liberté et de l’espérance.

Les mots ne sauraient mentir
à qui les laisse à leur délire.

COMMENTAIRE:
J’aime les poèmes de Gabrielle Poulin. Lorsque j’ai soif de beauté, ses mots me désaltèrent. Gabrielle sait me brancher à l’Univers, à plus grand que mon petit moi. Dans la grande écrivaine, Gabrielle Poulin, il y a cette enfant qui sait encore pleurer et s’émerveiller… À coup de poésie, elle humanise la planète. Au-delà de belles phrases, je retrouve toujours de la tendresse et je reste émue… dans ce monde si bruyant et si froid, j’ai besoin d’un livre comme Ombres et lueurs. C’est un très beau cadeau de NOËL!

Romancière, poète et essayiste, Gabrielle Poulin, née à Saint-Prosper dans la Beauce, fait ses études secondaires à Montréal.

L’École normale de Valleyfield lui décerne un diplôme d’études supérieures, puis elle obtient un baccalauréat ès arts de l’Université de Montréal (option lettres), un diplôme en sciences religieuses, une licence ès lettres (français-histoire) et un diplôme d’études supérieures en littérature.

Elle complète un doctorat ès lettres à l’Université de Sherbrooke, ainsi qu’un diplôme en spiritualité.

Elle exerce ensuite le métier d’enseignante à Montréal, et elle est aussi chargée de cours à l’Université de Montréal, à l’Université de Sherbrooke et à l’Université d’Ottawa.

En 1970, elle épouse le professeur et écrivain René Dionne et le couple s’installe à Ottawa.

Gabrielle Poulin est critique littéraire à la radio et dans certains périodiques pendant une quinzaine d’années, elle anime des ateliers de création littéraire, elle occupe le poste d’écrivain en résidence dans trois bibliothèques publiques et elle participe à des tables rondes, des lectures et des conférences au Canada et à l’étranger.

Elle s’initie également à la musique, suit des cours de piano et consacre ses loisirs à la lecture et à la musique.

Gabrielle Poulin a reçu, en 1979, le Prix Champlain pour son roman Cogne la caboche, le Prix La Presse et, en 1994, le Grand Prix du Salon du livre de Toronto pour son roman Le Livre de déraison.

PRINCIPALES PUBLICATIONS :

LES MIROIRS D’UN POÈTE : image et reflets de Paul Eluard / Gabrielle Poulin. Bruxelles : Declée de Brouwer ; Montréal Editions Bellarmin, 1969. 170 p. ill. portr.

COGNE LA CABOCHE : récit / Gabrielle Poulin. [Montréal] : Stanké, 1979. 245 p.

ROMANS DU PAYS, 1968-1979 / Gabrielle Poulin ; avec des textes de René Dionne. Montréal : Editions Bellarmin, 1980. 454 p.

UN CRI TROP GRAND : roman / Gabrielle Poulin. Montréal : Editions Bellarmin, 1980. 333 p.

ANTHOLOGIE DE LA LITTÉRATURE QUÉBÉCOISE / Léopold Leblanc, René Dionne, François Hébert, Gabrielle Poulin, sous la direction de Gilles Marcotte. Montréal : La Presse, 1980, c1978. 4 vol. ISBN : 2890430081 (vol. 3) ; 2890430421 (vol. 4) ; 0777702029 (vol. 2)
Notes : Vol. 1 : Ecrits de la Nouvelle-France : 1534-1760 / L. Leblanc. Vol. 2 : La patrie littéraire : 1760-1895 / R. Dionne. Vol. 3 : Vaisseau d’or et croix du chemin : 1895-1935 / G. Marcotte et F. Hébert. Vol. 4 : L’âge de l’interrogation : 1937-1952 / R. Dionne.

LES MENSONGES D’ISABELLE : roman / Gabrielle Poulin. Montréal : Québec/Amérique, c1983. 210 p.

ALL THE WAY HOME / Gabrielle Poulin ; translated by Jane Pentland. [Canada] : Oberon Press, c1984. 206 p.
ISBN : 0887505619 (rel.) ; 0887505627 (br.)
Notes : Traduction de: Cogne la caboche, Montréal : Editions internationales Alain Stanké, 1979.

COGNE LA CABOCHE : roman / Gabrielle Poulin ; préface de Fernand Dorais. — [Éd. rev.] Outremont : VLB, c1990. 298 p.

LA COURONNE D’OUBLI: roman / Gabrielle Poulin. Sudbury, Ont. : Prise de parole, 1990.
178 p.

PETITES FUGUES POUR UNE SAISON SÈCHE, Gabrielle Poulin. Hearst Ont. : Le Nordir, 1991,
87 p.

NOCTURNES DE L’OEIL : poésie / Gabrielle Poulin. Sudbury (Ont.): Prise de parole, 1993.
125 p.

RENDEZ-VOUS, PLACE DE L’HORLOGE : ouvrage collectif ; nouvelles / sous la direction de Gabrielle Poulin. Sudbury : Prise de parole, 1993. 119 p.

LE LIVRE DE DÉRAISON : roman / Gabrielle Poulin. Sudbury (Ont.) : Prise de parole, 1994,
193 p.

LE LIVRE DE DÉRAISON : roman / Gabrielle Poulin ; avec une préface de Rita Painchaud, un choix de jugements critiques et une biobibliographie. – 2e éd. rév. Sudbury (Ont.):Prise de parole, 1996. 218 p.

MON PÈRE AUSSI ÉTAIT HORLOGER : poésie / Gabrielle Poulin. Sudbury (Ont.): Prise de parole, 1996. 143 p.

QU’EST-CE QUI PASSE ICI SI TARD? : roman / Gabrielle Poulin. Sudbury (Ont.) : Prise de parole, 1998. 127 p.

UN CRI TROP GRAND : roman / Gabrielle Poulin. Ottawa :Éditions du Vermillon, 1999 (1980), 236 p.

VIE L’ÉCRITURE (La). Mémoires littéraires / Gabrielle Poulin. Ottawa, Éditions du Vermillon
Collection: Essais et Recherches , 2000, 384 p.

Voir:
L’Île