Art et culture
Accueil -> culture -> Tous les chroniqueurs du passé -> Chronique auteur étranger - Littérature, essai et document ->

SIMON
ET
LES
CHÊNES

Depuis sa petite enfance, Simon lutte avec le sentiment inexplicable que quelque chose dans son existence ne tourne pas rond.

La mer qui borde les côtes de sa Suède natale le remplit d’un profond désir de chaleur et de liberté.

Mais de quelles entraves se libérer ?

Et pourquoi se sent-il si peu à sa place dans une famille si aimante ?

Sa mère dévouée, Karin, vers qui chacun se tourne en cas de problème, est la clef de voûte de la maison.

Son père, Erik, modestement, n’a d’autre rêve que de construire des bateaux.

Pourtant, il est vrai que l’Histoire les force à dissimuler le secret à Simon, un de ces secrets qui pourrait les détruire tous s’il venait à être dévoilé.

Alors que l’ombre de la Seconde Guerre mondiale plane sur l’Europe et qu’Erik part pour le front, alors que tout se trouble dans le port paisible où les bateaux, qui ne peuvent retourner dans leur pays occupé, cherchent refuge, Simon se lie d’amitié avec un camarade de classe juif, Isak Lentov, ils seront dorénavant unis pour la vie…

Cette relation passionnée va bouleverser leur vie à jamais.

Pendant l’adolescence de leur deux fils, les Larson et les Lentov sont irrévocablement entraînés dans un même destin.

Ils devront lutter ensemble contre les affres de la honte, de la trahison et même de la folie…

Jusqu’à la rencontre de Simon avec Klara, cette jeune femme laide et attirante, sensible et cruelle, au passé difficile qui ne sera pas immédiatement acceptée dans les deux familles.

Avec la simplicité apparente qui caractérise son talent, MARIANNE FREDRIKSSON donne à ce roman, une profondeur et un optimisme lumineux.

L’../chroniques/chronique.php?planete_no_chronique=12527